Dans l’entreprise, la règle de base est de ne pas perdre de temps et d’efforts à expliquer les subtilités d’une technologie ou d’un processus ; un bon mot ou une expression à la mode suffit. Or, plusieurs DSI craignent que l’utilisation abusive de certains buzzwords n’éclipse ou ne simplifie injustement la technologie qu’ils sont censés décrire.

« Comme tant d’idées qui sont à l’origine des concepts commerciaux légitimes, le terme transformation numérique a été « surutilisé », mal utilisé et détourné à tel point qu’il est devenu un slogan insignifiant », constate Marc Sims, de Scotts Miracle-Gro Company.

« Le fait que des personnes parlent souvent de la transformation numérique sans la comprendre est particulièrement grinçant », complète Scott Spradley, de TysonFoods Inc.

Transformation numérique

Non seulement l’expression, mais aussi les mots pris individuellement - « numérique » et « transformation » - embarassent Paul Chapman, de Box Inc. « Chaque entreprise a dû se transformer de nombreuses fois pour rester performante », dit-il. De même, il considère le terme « numérique » comme un moyen de comparer la façon moderne de faire les choses avec des méthodes du passé.

En fait, c’est comme si « la transformation numérique avait perdu son sens », explique Renée McKaskle, d’Hitachi Vantara.

L’IA et le Machine Learning

Autre mot à la mode, l’Intelligence artificielle. « L’IA est un terme omniprésent. Il est même utilisé pour sur-vendre des applications simples. L’intelligence artificielle a certainement une application et une valeur dans nos vies, mais le terme est surutilisé » , estime Savio Thattil, de Sephora.

Même constat de Rob Alexander, de Capital One Financial Corp pour la déclinaison de l’IA, le Machine Learning. Les avantages sont énormes, « de l’offre de recommandations cinématographiques pertinentes à l’atterrissage d’un propulseur de fusée sur un navire en mer », reconnaît-il. Mais le battage médiatique est loin devant la réalité. « Tous les cas d’utilisation d’un ordinateur pour prendre une décision ne relèvent pas de l’apprentissage automatique. »

Centre de coûts

L’informatique en tant que « centre de coûts » est une autre expression souvent utilisée qui ne reconnaît pas le rôle plus important du DSI.  L’informatique consiste à « utiliser les données et la technologie pour créer une expérience client intelligente, intuitive, proactive. Elle doit aussi surprendre et enchanter nos clients à chaque interaction » , insiste  Shelia Jordan, de Symantec Corp.

L’IT et l’entreprise

Et si les décideurs et DSI avaient une part de responsabilité ? « Cela me dérange lorsque nous parlons de l’IT et de l’entreprise, comme si ces entités étaient séparées ou comme si les équipes de l’IT ne faisaient pas partie de l’organisation », déclare Mike Zahigian, d’Amgen Inc. Cette séparation sous-entend une hiérarchie des besoins (où le « business » est plus élevé) ».

Source : Wall Street Journal

AUCUN COMMENTAIRE