La 5e édition des Trophées de la Maîtrise des risques, marquée du signe de l’agilité, a récompensé les meilleurs dispositifs de maîtrise du risque (audit interne, contrôle interne, gestion des risques).

La maîtrise des risques est un enjeu stratégique pour l’entreprise. Elle vise à réduire les incertitudes ainsi que la probabilité d’échec qui peuvent affecter l’entreprise et ses projets. Et pour cela, les responsables des risques doivent adopter des outils et adapter leur gestion à la fois au terrain, et aux environnement réglementaires.

Les risques peuvent être techniques, opérationnels, industriels, informatiques, juridiques, ou fiscaux. Et ils embarquent une part d’incertitude, sur le danger redouté, la probabilité d’occurence, la gravité et l’acceptabilité. A ce titre, la maîtrise des risques se rapproche presque naturellement des activités des DSI et des RSSI.

Des dispositifs et de l’agilité

La maîtrise des risques repose sur des dispositifs d’audit interne, de contrôle interne et de gestion des risques qui sont l’objet d’un paradoxe : ils impactent l’entreprise en lui imposant une certaine rigidité… tout en s’efforçant de limiter l’impact des risques qui pèsent sur elle.

Ce domaine est également touché par la vague de la transformation digitale. A ce titre la gestion des risques doit également évoluer pour suivre les tendances et accepter les nouvelles règles de l’automatisation et de l’accélération. Si la première est une démarche généralement acceptée car elle réduit le facteur humain, il est plus difficile de se mettre au service de l’agilité de l’entreprise, ce qui est souvent synonyme de compromis, une pratique difficile à accepter.

Les Trophées de la Maîtrise des risques

Les Trophées de la Maîtrise des risques nous offrent l’occasion de nous pencher sur ce domaine stratégique, que nous évoquons trop rarement, au travers des meilleures pratiques des grandes entreprise françaises qu’ils récompensent.

  • Grand prix du jury : Michelin

Le jury a retenu l’engagement et l’implication forte du Comité Exécutif dans le dispositif de maîtrise des risques du groupe, qui a permis les profondes transformations menées au sein du département pour répondre aux priorités stratégiques du groupe, ainsi que les efforts constants de simplification du dispositif et de responsabilisation des opérationnels.

  • Meilleure contribution à la gestion des risques : Renault

Engagé dans son Plan d’Hyper-compétitivité, le constructeur automobile a mis en place un dispositif de gestion de projets « Véhicule », intégrant la notion de risque pour accroître l’atteinte des objectifs qualité, coûts et délais. L’implication de la Direction Générale dans la définition d’un niveau de risque « accepté » par l’entreprise a permis de rationaliser les efforts que les opérationnels consacrent aux plans de traitement.

  • Meilleure contribution du contrôle interne : GRDF

Le jury a ici retenu le positionnement en prestataire de service interne, créateur de valeur et diffuseur des bonnes pratiques de contrôle interne. Ainsi que l’implication des membres du Comité Exécutif dans la présentation du risque résiduel au Conseil d’Administration.

Nous retiendrons en guise de conclusion les proximités entre la maîtrise des risques et la transformation digitale, à commencer par la nécessaire implication des directions générales et du Comex, la sensibilisation des équipes de l’entreprise, la simplification généralement synonyme d’automatisation, et la reconnaissance des pratiques de service et création de valeur. Un ensemble qui fait de la maîtrise des risques une pratique de projet pour l’entreprise.

Image d’entête 889872876 @ iStock z_wei

AUCUN COMMENTAIRE