Dans un récent rapport, l’institut Gartner s’est intéressé à l’impact de l’intelligence artificielle sur la gestion du portefeuille de projets. Selon les analystes, l’IA devrait considérablement transformer les missions traditionnelles des chefs de projets.

Selon les estimations du Gartner, d’ici 2030 l’intelligence artificielle va permettre de décharger les chefs de projets et les départements PMO (Projet Management Office) d’une majorité de tâches routinières, comme la collecte de données, le suivi et le reporting.

Pour le cabinet d’analyste, les premières solutions de gestion du portefeuille de projets (PPM) intégrant de l’IA devraient voir le jour courant 2019. Dans un premier temps, ces technologies vont intégrer les solutions existantes, afin d’améliorer l’expérience utilisateur des chefs de projets. Vers 2023, le Gartner anticipe l’arrivée de nouveaux entrants sur le marché du PPM, dont l’offre sera d’emblée centrée sur l’IA, la réalité virtuelle et les plateformes numériques.

« L’IA va révolutionner la manière dont les directeurs de portefeuilles de projets s’appuient sur la technologie pour atteindre leurs objectifs métier », estime Daniel Stang, vice-président chargé de recherche chez Gartner. Pour ce dernier, les outils actuellement disponibles ne répondent pas aux exigences des entreprises numériques.

Le PPM, un domaine fait pour l’intelligence artificielle

Par nature, le PPM est une discipline adaptée à l’IA. En effet, la collecte de données, l’analyse et le reporting représentent une grande partie de la démarche. L’IA va permettre d’accroître l’efficacité de ces différentes tâches, notamment en analysant les données plus rapidement qu’un humain et en utilisant les résultats pour améliorer la performance globale. En conséquence, les responsables des départements PMO vont devoir inclure dans leurs équipes des collaborateurs capables de gérer les exigences propres à l’IA et aux machines intelligentes.

Comme le précise Gartner, « une machine intelligente n’oublie jamais rien, elle creuse pour trouver des données pertinentes, actualise l’information et les statuts sans qu’on lui demande, est capable de prédire la variance potentielle par rapport aux plans et aux attentes et de suggérer des actions et recommandations basés sur les données. »

Plus que jamais, les « soft skills » vont être indispensables pour les chefs de projets

Comment cette nouvelle donne va-t-elle changer le rôle des chefs de projets ? Ceux-ci devront compléter le travail de leurs assistants numériques par leur intuition, leur capacité à savoir comment motiver les équipes et leurs aptitudes politiques, afin de conduire les autres collaborateurs humains à accomplir leurs tâches et terminer les projets. Le relationnel, qui tient déjà une grande place dans ce type de fonctions, va donc être encore plus valorisé à l’avenir.

D’après Daniel Stand, grâce à des technologies comme l’IA conversationnelle et les chatbots, les managers PMO peuvent d’ores et déjà commencer à utiliser la voix pour interroger les logiciels PPM, en lieu et place du clavier et de la souris. « Au fur et à mesure que l’IA va s’enraciner dans le marché du PPM, les PMO qui choisissent d’adopter ces technologies vont voir diminuer le nombre de problèmes imprévus sur les projets, ainsi que les risques associés aux erreurs humaines. »

Source : rapport Gartner, « How AI Will Reinvent Program and Portfolio Management."»

AUCUN COMMENTAIRE