Loin des tendances technologiques, mais résolument numériques, le Club informatique des grandes entreprises françaises profite habituellement de la période des vœux de la nouvelle année pour élever le débat sur un plan plus stratégique et sociétal avec ses bonnes résolutions. Il ne déroge pas à cette pratique avec ses vœux pour 2018.

Objectif sous tendus des sept résolutions pour une révolution numérique proposées par le Cigref, le Club a formulé clairement ses vœux sous le signe de la réussite du numérique en France et en Europe. Et ainsi de définir l’année 2018 comme « l’an 1 de la reconquête de notre autonomie stratégique dans toutes les dimensions du numérique, au service de la croissance de l’économie, de la compétitivité des entreprises et de la création d’emplois ».

Voici donc les sept résolutions du Cigref pour 2018, « pour que le numérique devienne la locomotive de la prospérité future de la France et de l’Europe, et garantir, dans le respect de nos valeurs, les libertés publiques au sein de l’espace européen ».

Chacun appréciera ces résolutions à la faveur de ses engagements et de ses ambitions. Pour notre part nous avons apprécié les messages portés vers les femmes, le numérique et la reconnaissance de ses enjeux, la cybersécurité, les PME et les startups, l’éthique et la régulation. Les 7 résolutions finalement…

Résolution n°1

Créer les conditions, jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, d’une conviction, partagée par les dirigeants des entreprises et des administrations publiques, de l’impérieuse nécessité de la réussite du numérique comme condition de la croissance de l’économie et de la création d’emplois.

Résolution n°2

Renforcer de manière significative, particulièrement en direction des femmes, l’attractivité des métiers de l’informatique et des technologies numériques, et favoriser le développement des compétences numériques dans les entreprises et les administrations publiques, notamment par la formation continue.

Résolution n°3

Poursuivre l’anticipation et la compréhension du monde numérique, en menant des travaux de recherche significatifs, publics et privés, et financés au meilleur niveau, pour en partager les résultats et restaurer l’autonomie stratégique de la France et de l’Europe sur les principaux enjeux technologiques tels que les microprocesseurs, l’intelligence artificielle, la blockchain, la réalité augmentée.

Résolution n°4

Positionner la cybersécurité comme condition indispensable de la confiance dans l’économie numérique et comme domaine stratégique pour la compétitivité des entreprises et la performance des administrations.

Résolution n°5

Agir pour créer, dans les territoires, des écosystèmes dynamiques et pérennes de PME innovantes et de startups, disposant des conditions fiscales et de financements nécessaires à leur développement, ayant accès à un marché domestique européen unifié, et ouverts sur la conquête des marchés mondiaux.

Résolution n°6

Promouvoir, dans tous les secteurs d’activité de la société, un usage éthique du numérique, notamment en termes de transparence des traitements algorithmiques, de protection des données personnelles, de respect de la vie privée et d’égalité d’accès aux ressources numériques.

Résolution n°7

Créer les conditions, notamment en termes de régulation, de normalisation, de concurrence et d’infrastructure, pour que les systèmes numériques puissent être déployés, maîtrisés et finalement gouvernés, dans les entreprises et les administrations publiques, de manière agile et sans entrave excessive.

AUCUN COMMENTAIRE