Collaboration, architecture et culture sont les 3 clés de l’innovation.

Vous souhaitez stimuler l’innovation ? Vous allez avoir besoin de 3 facteurs : la collaboration pour réunir les bonnes personnes ; une architecture parapluie pour intégrer les idées ; et une culture de l’ouverture, de l’apprentissage et du rejet du statu quo.

Communication

L’identification des idées et l’investissement agile ne peuvent se produire efficacement sans un environnement de collaboration dans lequel s’impliquent le chef d’entreprise, les métiers et la DSI. Cette dernière est indispensable, car la plupart des opportunités technologiques reposent sur la technologie.

Cette approche de l’innovation est en rupture avec l’approche traditionnelle, bien peu collaborative. Une fois l’analyse de faisabilité et la rédaction des exigences métier réalisées, des équipes du domaine juridique, de la conformité, de l'audit, des ressources humaines et des risques pourront rejoindre le processus et commencer à s'impliquer.

S’éloignant de l’innovation en cascade, cette méthode est plus agile, avec des solutions fournies de manière itérative reposant sur des contributions d’experts.

Architecture

L’entreprise doit définir un schéma directeur pour l’architecture cible, vision commune pour l’ensemble des acteurs, et ouverte afin de pouvoir à tout moment intégrer des partenaires de l’écosystème numérique. L’existence d’un schéma directeur permet de s’assurer que l’architecture s’intègre ou se connecte aux plateformes existantes, et d’éviter de trop vite adopter tout ce qui brille.

La construction d’une ‘bonne’ architecture permet de limiter l’angoisse et d’éliminer la future dette technologique. L’innovation ne peut se produire que dans un environnement disposant d’une vision commune du schéma directeur architectural. Quant à l’architecture ‘ouverte’, elle est une chance supplémentaire d’innover et d’intégrer de nouvelles fonctionnalités.

Culture

Face au risque du statu quo, la culture de l’innovation, qui concerne avant tout le leadership, doit associer une mentalité de croissance et le désir de changer fondamentalement. Ce désir doit être intégré dans l’ADN. L’ouverture, la parole, la communication et le partage doivent être encouragés.

Sans oublier l’apprentissage. Souvent le ‘failling fast’, chuter rapidement pour apprendre vite, est mis en avant dans l’innovation. Mais pourquoi faut-il un échec ? Le non-respect d’une étape ou d’un engagement n’est pas un échec, c’est un apprentissage… rapide ! La culture de l’innovation n’est pas celle de l’échec.

Source : Anil Cheriyan, CEO de Phase IV Venture

Image d’entête 614621526 @ iStock ikryannikovgmailcom

AUCUN COMMENTAIRE