Si la transformation numérique est perçue comme une réelle opportunité par dirigeants des TPE, son déploiement reste encore très limité. Quelles sont les raisons pour lesquelles les TPE françaises ont-elles du mal à franchir le pas ?

Commandée conjointement par Sage, l’éditeur de solutions de comptabilité de paie et de gestion commerciale dans le cloud, et la CPME (Confédération des PME), une étude menée par OpinionWay dévoile qu’une fracture digitale s’est formée entre les TPE et le reste des acteurs de l’économie.

Menée auprès d’un échantillon de 450 entreprises de 0 à 49 salariés et d’un échantillon de 200 experts-comptables en cabinets d’expertise d’au moins 1 salarié, l’enquête démontre que, d’une manière générale, « la grande majorité des entreprises interrogées a conscience que la transformation numérique est nécessaire ».

Alors que la transformation numérique s’accélère partout, certains en restent au stade du constat. Seulement une TPE sur trois voit cette évolution comme une opportunité, et une TPE sur deux pense qu’elle est un enjeu important pour la suite de ses activités. Résultat : moins d’un tiers des TPE a entamé la numérisation de ses processus. « La transformation digitale est déployée ou en cours de déploiement pour moins d’une TPE sur 3, explique l’étude. Beaucoup d’entre elles sont réfractaires au changement et voient cette numérisation comme une entrave plutôt qu’une opportunité ».

Le paradoxe des TPE françaises

D’après l’étude, ces TPE craignent de faire face à des problèmes de processus, d’équipes et de financement. Pourtant, celles qui ont déjà entamé leur numérisation admettent avoir observé des effets positifs sur tous les aspects de leur activité. Notamment au niveau de la communication (41 %), de l’organisation, du suivi des activités et la gestion comptable (35 %) et enfin de la paie et des ressources humaines (34 %).

L’enquête révèle des disparités selon la taille et le secteur des entreprises. Ainsi, les artisans et commerçants accusent le plus de retard. Les structures employant entre 0 à 2 salariés sont les moins touchées par la transformation numérique avec 89 %, suivi par celles comptant 3 à 9 salariés à 47 %. Les secteurs de la construction, du commerce et des services aux particuliers sont également concernés.

Se préparer à l’accélération de l’échelle et de la vitesse de l’innovation

« Les principales causes sont la peur du changement et le manque de moyens pour le financer, explique François Asselin, Président de la CPME. Il faut éviter à tout prix que cette révolution numérique ne laisse nos entreprises sur le bord de la route. C’est pour cela que la CPME déploie une démarche de sensibilisation et d’accompagnement des TPE à leur indispensable transformation digitale ».

Les TPE déclarent devoir surmonter et anticiper de nombreuses difficultés dans le déploiement de leur transformation numérique. Notamment concernant l’adaptation des équipes et des processus (43 %), le manque de compétences techniques (41 %) et le financement des investissements (40 %).

Au cours des cinq prochaines années, l’économie numérisée se développera et s’accélérera considérablement. Le rythme de l’innovation et de l’exploitation opérationnelle à moteur numérique, lui-même à propulsion dopée à l’IA, sera multiplié par 10 ou plus selon les estimations. Cette augmentation de l’échelle et de la vitesse de l’innovation et de l’exploitation sera alimentée par des modèles d’exploitation hyperconnectés pour s’approvisionner auprès de plateformes et de communautés numériques, avec des échanges basés sur des API et distributeurs de valeur.

Sources : Sage et CPME

AUCUN COMMENTAIRE