Vitesse des évolutions technologiques, agressivité de l'innovation, nécessité d'apprendre et recherche de nouveaux talents, enjeux organisationnels et culturels, la transformation digitale est source de bouleversements et d'incertitudes. Une seule valeur s'impose en préliminaire de tout projet : la confiance. Qu'il s'agisse de déployer une nouvelle technologie, de réduire les coûts, de changer les process, ou encore d'adopter un nouveau modèle économique, la majorité des observateurs de la transformation digitale des organisations ont pour habitude d'affirmer qu'elle repose deux piliers : les outils et la formation. Certes les deux sont incontournables, mais pour autant ils ne servent à rien s'ils ne sont précédés par un élément essentiel : la confiance.

Où va l'entreprise ?

La transformation digitale n'est pas chose simple. Les processus sont multiples et dispersés. Le leadership est essentiel et démarre au sommet, pour fixer un but reconnu et accepté par tous. La confiance s'installe et se cultive dès le début d'un projet de transformation et repose sur des objectifs connus. L'innovation est permanente, la transformation digitale n'est jamais terminée, et elle s'infiltre dans tous les niveaux des organisations. Les équipes ont besoin de comprendre pour coopérer, et comme leurs réalisations elles sont constamment évaluées. Sans confiance, aucune stratégie ne peut être efficace. La modernisation et la compétitivité, l'introduction permanente de choses nouvelles, la forte demande de connaissances, représentent souvent un fardeau dans les entreprises. Il leur faut également attirer et intégrer de nouveaux talents. Dans un tel contexte volatile, cadres et employés ne peuvent demeurer ensemble et concentrés sur les changements que si la confiance s'installe. Mais le plus important, nous l'avons évoqué, c'est certainement que la confiance doit commencer par le haut… Image d'entête 80975165 iStock @ rafyfane

AUCUN COMMENTAIRE