Un nouveau rapport de McKinsey souligne que « la migration dans le Cloud doit être combinée à une approche organisationnelle globale pour permettre une transformation beaucoup plus agile et efficace ».

Afin de mieux comprendre les défis auxquels font face les organisations dans la modernisation de leur infrastructure IT, McKinsey a mené des entrevues en profondeur avec les chefs de file de la technologie dans les entreprises (CIO et CFO) dans 52 entreprises au printemps 2019. L’échantillon a étudié des entreprises de 17 secteurs d’activité ayant des activités à l’échelle mondiale. Parmi les répondants, 78 % travaillent dans des organisations comptant au moins 5 000 employés et 44 % dans des entreprises dont le chiffre d’affaires annuel dépasse 10 Md$.

« Dans tous les secteurs d’activité, les PDG partagent une priorité absolue, explique le rapport : exploiter la technologie pour relancer la croissance, accélérer la mise sur le marché et favoriser l’innovation. Ils considèrent de plus en plus la modernisation des SI, y compris la migration dans le cloud, l’adoption de nouvelles architectures d’applications et l’exploitation des services natifs du cloud, comme des moyens de soutenir ces objectifs ».

Jusqu’à présent, cependant, la plupart des entreprises n’ont pas saisi les avantages escomptés en matière d’agilité parce qu’un certain nombre de défis entravent les leadeurs technologiques dans leurs efforts de modernisation. Bien que bon nombre de ces défis soient valides, le rapport constate aussi que « certains sont de faux compromis qui peuvent être évités ».

01

Agilité et meilleurs services aux clients en ligne de mire

Lorsqu’on leur demande quels sont les principaux avantages de la modernisation de l’infrastructure, les DSI donnent la priorité à une plus grande souplesse et à une meilleure qualité de service aux clients. Ils cherchent également à réduire les coûts et à améliorer leur dispositif de sécurité. « Les DSI considèrent le cloud comme un élément prédominant de l’architecture informatique et de sa modernisation, affirme le rapport. Ils migrent de plus en plus de charges de travail et réorientent une plus grande part de leurs dépenses d’infrastructure vers le cloud ».

Les entreprises interrogées ont actuellement environ 50 % de leurs charges de travail exécutées sur des plateformes de cloud publiques et privées. « D’ici 2022, cette part devrait atteindre 75 %, prédit le rapport, les deux tiers environ de cette charge de travail étant hébergés dans des plateformes publiques partagées au sein de centres de données construits par les principaux fournisseurs de services ». Selon l’échantillon interrogé, au cours des trois prochaines années, environ 90 % des organisations auront plus de 35 % de leur charge de travail dans un nuage public ou privé ou vont doubler leur charge de travail sur les plateformes en nuage » (voir figure ci-dessous).

02

Sources : McKinsey

AUCUN COMMENTAIRE