Dans son huitième rapport annuel Tech Trends, dont l'édition 2017 prend pour titre « The Kinetic Enterprise », Deloitte Consulting examine les technologies qui devraient avoir un impact mesurable sur les entreprises et bénéficier d’une adoption massive dans les 18 à 24 prochains mois.

Deloitte avait déjà constaté les années précédentes la présence de 5 forces ‘macro’ qui demeurent constantes d’année en année : la disruption et la transformation digitale, les analytiques, le cloud, la réinvention des systèmes de base (core systems), et l'évolution du rôle de l'informatique au sein de l'entreprise.

Parallèlement à ces tendances génériques, des technologies particulières progressent, avec des taux d’adoption qui varient considérablement. Certaines tendances et certains outils sont adoptés facilement, tandis que d’autres sont explorés durant des années et font figure aujourd’hui de ‘vieilles technologies’, alors qu’elles ne sont qu’au début de leur exploitation.

TrendingTrends2017

Tendances multiples et imbriquées

Ces tendances peuvent également s’imbriquer et/ou avoir des ramifications dans plusieurs domaines. Prenons l’exemple de la gestion de l’information dans l’entreprise, considérée dès 2010 par Deloitte comme une tendance majeure. Elle porte sur l’exploration des bases de données, la consolidation des plateformes et de la structure de l’organisation, ainsi que sur la valorisation commerciale des données.

Les pratiques analytiques ont évolué au fil des temps, et lorsque l’on évoque aujourd’hui la gestion de l’information, Deloitte parle de l'automatisation de l'information, de la visualisation des données, des analyses cognitives, de l'intelligence amplifiée, de l’industrialisation des analytiques, et dans la version 2017 de Tech Trends des analytiques noires (dark analytics, la « matière noire » de l’univers informationnel des entreprises, les données muettes constituées issues du deep web, non indexées par les moteurs de recherche) et de l'intelligence machine.

Ces dernières tendances portent sur une meilleure compréhension de la taxonomie des données sous-jacentes de base, du nettoyage et de l’entretien les champs de données les plus utiles, et de l’utilisation de la technologie pour automatiser ou remplacer certaines des tâches de gestion des données qui font historiquement appel à une main-d'œuvre humaine…

Ça va parfois très vite, parfois plus lentement...

D’autres innovations sont apparues plus vite que prévu. Comme le ‘human centric’ et la participation des clients à la conception des produits et services. Ou encore la mobilité d'entreprise, qui a fortement progressé en mettant l’accent sur la connectivité et les dispositifs visant à favoriser l'adoption d'un état d'esprit mobile unique et l'utilisation de la mobilité pour transformer l'entreprise.

La cybersécurité et la vie privée ont également évolué constamment, avec l’adoption d’une approche programmatique sur les conséquences des risques liés à des technologies particulières et certaines stratégies informatiques. Le cyber n’est plus traité comme un sujet autonome, les implications des risques dans toutes les tendances technologiques sont aujourd’hui prises en compte.

De plus, de nombreuses entreprises étendent leur accent sur les risques, y compris la conformité réglementaire, le risque financier et opérationnel, et même l'éthique et de la morale liées à l'adoption de certains outils et stratégies.

Les analystes de Deloitte font également leur mea culpa sur certaines prévisions technologiques qui se sont avérées trop optimistes. C’est le cas des capteurs intelligents, détectés dès 2010, ou des identités numériques, depuis 2012. Ces domaines joueront un rôle important et sont toujours des tendances majeures, mais les experts sont allés un peu vite, leur succès prendra encore un peu de temps.

Blockchain…, l’équipe de direction et le DSI

La vedette de cette année, c’est l’émergence la blockchain. Il faudra un peu de temps pour que les protocoles rejoignent la technologie du grand livre numérique, mais les attentes sont si forte que la blockchain pourrait devenir fondamentale.

Notons enfin, et c’est certainement fondamental pour l’avenir, que depuis quelques années l’équipe de direction de l’entreprise s’est élargie, participant à améliorer sensiblement dans certaines entreprises la compréhension de l’impact des technologies. Même si le DSI demeure du développement et de la communication d’une vision technologique à l’échelle de l'entreprise, il travaille à son élaboration avec le chef d'entreprise et de plus en plus avec les métiers, pour mettre l'accent sur les utilisations pragmatiques des nouvelles technologies.

AUCUN COMMENTAIRE