Les consommateurs sceptiques à l'égard de la confidentialité des données et de la gestion éthique des marques représentent un risque d'un billion de dollars US pour les entreprises qui n'accordent pas la priorité à la confiance en leur réputation et à la transparence-by-design.

A la veille du premier anniversaire du Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l'Union européenne, une nouvelle enquête réalisée par SAI Global, acteur de la gestion intégrée du risque, révèle un déficit de confiance croissant parmi les groupes de consommateurs du monde entier, en raison de doutes quant à la confidentialité, la traçabilité et la gestion éthique et environnementale des données.

Conduite par la société de recherche en intelligence de marque Survata, le rapport annuel Reputation Trust Index démontre que « les consommateurs commencent maintenant à repenser les conditions d'échange de valeur entre eux et les marques avec lesquelles ils choisissent de faire affaire », ce qui incite les entreprises à se lancer dans une offensive de redressement de leur réputation.

Les entreprises doivent commencer à penser en termes de transparence-by-design pour combler le fossé et préserver la résilience de la marque grâce à l'établissement de la confiance. Les entreprises ne peuvent pas simplement dire « faites-nous confiance » quand les consommateurs exigent « montrez-nous ».

La confidentialité des données, un indicateur important de fiabilité des entreprises

A

Parmi les personnes interrogées pour l'indice de confiance, 65 % considèrent la confidentialité des données comme l'attribut le plus important lorsqu'on considère la fiabilité d'une entreprise, un score qui indique une meilleure compréhension des droits des consommateurs et des mécanismes que les règlements comme le RGPD ont mis en place pour renforcer leur capacité à gérer et protéger leurs données.

Source : SAI Global

AUCUN COMMENTAIRE