Et si DevOps se montrait plus intéressant pour l’infrastructure que pour le développement logiciel ?

Les grandes tendances de l’infrastructure informatique sont connues : la consommation des applications en mode SaaS, le cloud public, l’augmentation de l’utiisatio de l’open source en haut et en bas de la stack (de Open Compute de Facebook à Spark, Docker, Kubernetes ou OpenShift), la cybersécurité, les systèmes en ‘boite blanche’ (ODM - Original-Design Manufacturers), l’IoT d’entreprise avec des applications métier.

Elles s’accompagnent de tendances émergentes, les conteneurs, et l’IA (Intelligence Artificielle) avec le Machine Learning (apprentissage automatique). Ainsi qu’une tendance marché, les infrastructures qui se déplace vers l’Asie via l’OEM (Huawei, Lenovo, etc.).

Et aujourd’hui, les entreprises demandent à leur service informatique de fournir toujours plus rapidement de nouvelles fonctionnalités, tout en maintenant une plus grande disponibilité avec une couverture 24/7. Une demande qui s’applique également à l’infra.

La vague DevOps

C’est pourquoi, en marge de ces tendances, une autre a envahi les DSI, emportée par la vague de l’agilité et du toujours plus vite, DevOps, en particulier pour l’intégration ou la livraison en continu. 80 % des grandes entreprises ont mis en place des pratiques DevOps, et commencé à faire travailler ensemble les développeurs, la cybersécurité et la production, selon une étude de McKinsey.

Pour le moment, les pratiques DevOps ne concernent  que certaines parties de l’organisation, seules 37 % des entreprises les ont étendues à l’ensemble de leur organisation. D’ici 2020, ce sont 53 % des entreprises qui les auront étendues à l’ensemble.

SVG_CloudAdoption_Ex2

Une nouvelle organisation

L’approche DevOps va nécessiter de revoir l’organisation de la fonction d’infrastructure en tribus réunissant des petites équipes interfonctionnelles et autogérées. Et de donner la priorité aux maitres d’oeuvres et aux responsables Scrum pour éliminer les obstacles. L’objectif étant de hiérarchiser le travail de la DSI afin d’augmenter la productivité, la qualité et la vitesse.

En favorisant un degré élevé de collaboration tout au long de la chaîne de valeur informatique, DevOps offre l’opportunité de satisfaire les deux objectifs de l’entreprise que sont la rapidité de fourniture des nouveaux services et la disponibilité. Donc d’augmenter les niveaux de service et de réduire les coûts.

La recherche des compétences

A la différence de beaucoup de projets liés à l’informatique, le coût n’est pas le principal obstacle à l’extension de DevOps dans l’entreprise, c’est plutôt une question de philosophie et de transformation culturelle, accompagnée d’un peu d’investissement. C’est le manque de compétences qui domine les préoccupations des DSI.

40 % des décideurs IT affirmaient dans l’étude McKinsey que le manque de compétences et de talents internes était le principal facteur empêchant DevOps de se généraliser. Alors conformément à la tendance, la demande pour les talents de DevOps va augmenter au cours des prochaines années, mais les entreprises auront du mal à trouver des collaborateurs pour remplir tous les rôles...

Source : étude « IT-a-Service 2017 » de McKinsey

Image d’entête 839373430 @ iStock gmast3r

AUCUN COMMENTAIRE