Après l’explosion des smartphones ayant entrainé des phénomènes d’addiction, l’usage du téléphone mobile s’est stabilisé. Au cours des 3 dernières années, nous ne regardons plus nos téléphones qu’environ 47 fois par jour…

L’attitude des consommateurs à l’égard des technologies mobiles, après une progression exponentielle sur la première moitié de la décennie, semble s’être stabilisée. L’urgence des premières années laisse la place à une certaine maturité dans les usages : ceux-ci ne progressent plus…

Pour autant, nous sommes toujours 89 % à regarder notre téléphone dans l’heure qui suit notre réveil, 81 % dans l’heure qui suit notre coucher, et plus étonnamment 48 % durant la nuit ! Et en moyenne, nous regardons notre téléphone 47 fois par jour, un chiffre qui n’a plus progressé au cours des trois dernières années.

Même si elle reste excessive, la consommation des technologies mobiles dans les pays occidentaux a commencé à se stabiliser, tout comme la pénétration des smartphones. Aux Etats-Unis, qui font figure d’exemple, 264 millions d’utilisateurs, soit un taux de pénétration de 82 % tous groupes d’âge confondus (93 % pour les 18 à 24 ans), les regardent 12 milliards de fois par jour.

Autre démonstration de la stabilité trouvée, les modèles d’usage – à la maison, au restaurant, dans les magasins ou devant la télévision – n’ont plus progressé depuis 2016, voire ils affichent une légère tendance à diminuer. Une tendance qui toucherait également les applications : 57 % des consommateurs américains ne voient pas l’intérêt d’installer plus d’apps, et 24 % affirment ne plus avoir d’espace disponible.

Mais le plus étonnant concernant l’usage des smartphones vient de l’émergence d’une nouvelle préoccupation : le constat que nous utilisons trop souvent nos smartphones. C’est tout du moins ce que déclarent 72 % des 18 à 24 ans américains et 75 % des 25 à 34 ans. Il n’y a guère que les 55 à 64 ans, qui ont probablement des usages à rattraper face aux plus jeunes, qui ne sont que 18 % à afficher la même préoccupation !

Enfin, parmi les usages, si les SMS conservent la tête, constatons le retour en force des appels vocaux, l’usage élevé des divertissements et des véhicules connectés (GPS et l'explosion aux US de la maintenance prédictive), et le doublement de l’usage des paiements mobiles, même si ces derniers se heurtent encore à des problématiques de compréhension des avantages potentiels de ces technologies. L’utilisation hebdomadaire de nos téléphones porte sur :

  • 91 % - SMS
  • 86 % - Appels vocaux
  • 29 % - Paiements mobiles

Source : Etude « Global Mobile Consumer Survey 2017 » de Deloitte

Image d’entête 819153104 @ iStock cifotart

AUCUN COMMENTAIRE