Concurrencées par les banques entièrement en ligne et les nombreuses startups FinTech, les banques traditionnelles n’ont pas le choix : elles doivent réinventer leur modèle économique et repenser l’expérience proposée à leurs clients.

L’industrie bancaire est longtemps restée à l’abri de la vague de transformation qui a touché de plein fouet la plupart des secteurs d’activité. Aujourd’hui, le secteur vit à son tour des mutations en profondeur, à commencer par l’arrivée prochaine de la directive DSP2 (Open Banking). Pour Bertrand Masson, Co-Fondateur et CEO de Moskitos, celle-ci fait « voler en éclat les frontières structurelles du marché, en autorisant le transfert de la valeur apportée historiquement par les banques vers de nouveaux prestataires de paiement ayant accès aux données des banques ».

Les attentes des clients ont changé

Une autre tendance majeure concerne l’évolution des attentes des clients, désormais habitués à bénéficier de services mobiles simples à utiliser, instantanés, personnalisés et intégrés de manière fluide. Selon une étude Deloitte, 5 Français sur 10 sont aujourd’hui prêts à passer à une banque en ligne, 69% réalisent leurs opérations bancaires sur Internet et 29% sur l’application mobile de leur banque. Cette expérience utilisateur joue un rôle important pour fidéliser les clients existants et en acquérir d’autres.

Les clients souhaitent également de nouveaux types de services digitaux, innovants et intégrés de bout en bout. Pour un investisseur immobilier, il s’agit par exemple de proposer non seulement un prêt avantageux, mais aussi des conseils fiscaux, un accompagnement pour trouver un locataire. Pour un entrepreneur, des services de comptabilité et d’assistance pour la facturation et les devis peuvent être d’une aide précieuse.

La collaboration avec les startups, une voie privilégiée

Les néo-banques et les acteurs des Fintech ont pris de l’avance pour répondre à ces nouveaux usages. Pour rattraper le retard accumulé, beaucoup de banques classiques choisissent de s’appuyer sur des startups. Dans le domaine de l’intelligence artificielle, le secteur bancaire se classe par exemple en tête des collaborations avec les jeunes pousses. Les banques cherchent également à s’ouvrir à d’autres acteurs, issus de secteurs connexes, afin de se constituer un solide écosystème de partenaires. Pour les trois quarts des banques européennes, l’Open Banking représente un axe prioritaire de leur stratégie, d’après une étude d’Accenture.

Pour que ces initiatives aboutissent, il faut néanmoins surmonter un certain nombre de difficultés. Beaucoup proviennent d’un paysage applicatif existant complexe et peu flexible. Afin de pouvoir cocréer de nouveaux services avec leurs partenaires, les banques ont besoin de pouvoir interagir de façon efficace avec ces derniers, à travers des API sécurisées. « Les API et le concept global de l’Open Banking ont pour effet direct de désiloter les systèmes et de découpler front office et back office. Une voie royale pour relier les technologies de pointe au système historique et pour développer des applications en ligne avec les attentes des clients », témoigne Bertrand Masson.

L’avenir passe par la « Bank-as-a-Platform »

Les solutions d’iPaaS (Integration-as-a-Platform) permettent de répondre au besoin d’ouverture des systèmes existants de façon simple. Ces plateformes d’intégration dans le cloud, capables de connecter des API à la volée, évitent en effet aux banques de redévelopper une passerelle à chaque fois qu’elles souhaitent échanger des données avec un nouveau partenaire. « Cette reproductibilité inhérente de l’iPaaS transforme des services clés, comme le paiement, en une commodité. Il est alors plus simple de l’associer à d’autres services au sein de la plateforme, pour donner naissance à des packages commerciaux, qui rassemblent offres bancaires et services associés », précise Bertrand Masson.

A partir de ces plateformes, les banques peuvent rapidement combiner différents services entre eux, afin de proposer des solutions à valeur ajoutée à leurs clients. En optant pour un modèle de Bank-as-a-Platform, les entreprises de services financiers gagnent en agilité et peuvent plus rapidement répondre aux nouveaux usages.

Source : d’après Moskitos

AUCUN COMMENTAIRE