La migration vers le Cloud  représente la meilleure réponse au nouveau paradigme « faire plus, plus vite, avec moins ». Mais la précipitation est mauvaise conseillère. Il est indispensable d’encadrer précisément ce projet.

« Tout le monde le fait, alors pourquoi pas nous ? ». Qui n’a jamais entendu cette remarque lors d’une réunion d’un COMEX ? Certes, le cloud rend une organisation plus agile et performante. Mais ce projet n'a de sens que s’il apporte des avantages tangibles à votre entreprise.

Confrontés à des défis complexes en matière de  sécurité, de conformité, de gouvernance et de gestion des coûts, les DSI doivent encadrer précisément ce vaste chantier. Sortir de son cadre traditionnel (composé d’une infrastructure privée et d’applications traditionnelles) parfaitement maitrisé n’est pas simple.

 Les Cinq R

Les DSI doivent longuement réfléchir pour préciser les objectifs de l’entreprise et convenablement mesurer leurs besoins.

Il y a quelques années, Gartner avait défini ce qu'il a appelé les " Cinq R " de la migration des applications : Rehost, Refactor, Revise, Rebuild et Replace. Si elle a le mérite d’identifier les différentes options, cette règle n’est pas toujours applicable à la lettre.

Par exemple, le Rehost (plus connu sous l’expression " lift-and-shift ") est loin d’être une pratique généralisée. De nombreuses entreprises se concentrent davantage sur les conteneurs que sur les machines virtuelles pour profiter d'avantages supplémentaires en termes d'évolutivité et de résilience.

Même constat pour le Replace. Les options SaaS ne sont généralement disponibles que pour les applications métiers horizontales ou plus générales. Les applications métier de base sont rarement disponibles sous forme SaaS.

Ne pas bruler les étapes

Ces deux constats rappellent que la réussite d’un projet de migration dépend de nombreux facteurs. Tous les fournisseurs de cloud proposent des machines virtuelles et du stockage à louer. Mais le diable se cache dans les détails !

En matière de stratégie cloud, il est recommandé de ne pas bruler les étapes.

  • Construisez votre infrastructure cloud étape par étape
  • Effectuez une analyse stratégique de votre portefeuille (en gardant à l'esprit vos principaux objectifs business) afin de déterminer les applications à déplacer en premier ;
  • Déterminez comment et quelle infrastructure de cloud sera déployée au lieu des systèmes existants ;
  • Redéfinissez les mécanismes de déploiement des applications, les sauvegardes, la mise à l'échelle et les tests de sécurité. Avant de transférer des données sensibles vers le cloud, assurez-vous que ce sous-traitant apporte toutes les garanties en matière de protection des informations et de contrôles des accès. C’est votre obligation pour être en conformité avec le RGPD.

Mais n’oubliez pas l’essentiel, la communication reste essentielle. Les différents métiers et tous les collaborateurs doivent être impliqués et… rassurés.La migration vers le cloud n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a des obstacles psychologiques à éviter.

AUCUN COMMENTAIRE