Le passage des centres de données traditionnels à la conteneurisation et aux microservices permet de créer des systèmes résilients, communicants et fournit des applications riches et collaboratives, avec des logiciels transparents, optimisés et réutilisables.

Contrairement aux systèmes d'entreprise monolithiques qui sont difficile à faire évoluer et à maintenir, une architecture basée sur les microservices, qui se composent de petits services indépendants, est beaucoup plus flexible que les systèmes tout-en-un traditionnels qui continuent à dominer le paysage des entreprises d'aujourd'hui.

Partant de ce constat les analystes de GlobalData préconisent le passage aux microservices dans les entreprises afin de bénéficier des avantages et de la résilience inhérents à la conteneurisation et aussi de proposer aux utilisateurs une expérience applicative engageante.

Dans un tel contexte, ils estiment que « les microservices sont vitaux pour les entreprises qui subissent des transformations commerciales, y compris le développement d'applications modernes pour les utilisateurs finaux sous un modèle de distribution continue ».

Une architecture distribuée en applications cloisonnées

L'un des principes clés de l'utilisation d'une architecture basée sur les microservices est de décomposer le système en sous-systèmes cloisonnés, mais communiquant selon des protocoles bien définis. L'isolation facilite également la mise à l'échelle de chaque service et permet de les surveiller, de les déboguer et de les tester indépendamment, ce qui est très difficile lorsque les services sont tous enchevêtrés dans un monolithe applicatif.

Par conséquent estime GlobalData, « une architecture basée sur les microservices est essentielle pour les entreprises qui développent des applications pour les utilisateurs finaux qui s'attendent à des interactions réactives, résilientes et significatives, qui ne peuvent être traitées que par le biais de flux de données importants ».

Microservices et DevOps, un mariage de raison

Un des autres avantages des microservices selon GlobalData est que son usage s’harmonise parfaitement avec une démarche DevOps. En effet, « DevOps est chargé de réduire l'utilisation des ressources et d’augmenter l'efficacité d'exécution, donc une méthode réactive représente un modèle plus flexible de montée en charge des microservices et de libération des ressources pour d'autres applications ».

Ainsi, les capacités réactives intégrées dans les services éviteront la propagation inévitable des pannes et des problèmes de performance et la nécessité d'utiliser un grand nombre d'outils au niveau des protocoles applicatifs tels que le protocole HTTP et REST (Representational State Transfer).

Source : GlobalData

AUCUN COMMENTAIRE