Panorama Consulting Solutions, un cabinet indépendant spécialisé sur les ERP, a publié une comparaison entre les quatre premiers acteurs du marché, en s’attachant notamment aux caractéristiques des projets menés par les organisations clientes.

D’après l’enquête conduite par Panorama Consulting Services, l’écart reste assez serré au sein du quatuor de tête du marché des ERP. SAP détient toujours la première place, avec 30% des parts de marché, suivi de Microsoft Dynamics à 29%. Viennent ensuite Oracle (25%) et Infor (16%).

Les projets SAP, plus longs de 2 mois en moyenne

Les projets les plus longs s’observent chez les entreprises qui mettent en place SAP, avec une durée moyenne de 14,7 mois, contre 12 mois pour Oracle et Microsoft Dynamics et 11,2 chez Infor. Selon le rapport, les organisations qui mettent en place SAP sont souvent des structures à dimension internationale, qui choisissent SAP pour sa capacité à supporter des déploiements sur large échelle et pour sa robustesse. Les déploiements à l’échelle mondiale prennent davantage de temps, en raison notamment du nombre de sites concernés. De son côté, Infor axe sa stratégie sur des configurations prêtes à l’emploi, conseillant à ses clients de limiter au maximum les développements spécifiques.

La mise en place d’un ERP nécessite parfois d’interrompre certains processus opérationnels. Les entreprises déployant SAP affichent en moyenne 128 jours d’interruptions, les autres éditeurs étant entre 122 et 121. Cette différence s’explique par les mêmes raisons que précédemment, les problèmes étant plus complexes à résoudre dans les grandes multinationales. Pour réduire ce risque, Panorama conseille de privilégier les déploiements par phases, et de faire plusieurs pilotes avec les utilisateurs finaux avant le go-live.

Les stratégies « best-of-breed » restent rares

En grande majorité, les entreprises qui mettent en place un ERP optent pour une stratégie centrée sur une seule solution. Les clients d’Infor, parmi lesquels les entreprises de taille intermédiaires sont plus présentes, sont les plus nombreux à choisir cette approche (90,5%). Chez les clients de SAP, les stratégies « best-of-breed » sont un peu plus fréquentes.

Ce sont entreprises qui mettent en place Oracle qui font le plus appel à des ressources en internes, tandis que celles déployant Microsoft Dynamics s’appuient davantage sur des ressources externes. Selon Panorama, la stratégie de Microsoft, qui s’appuie beaucoup sur des partenaires intégrateurs, favorise le recours à des prestataires.

panorama-ERP-ressources

L’ERP fort contributeur à la transformation digitale chez les clients d’Infor et de SAP

Interrogés sur la place de l’ERP dans leur stratégie digitale, les clients d’Infor sont les plus nombreux à rapporter un rôle significatif (71,4%), suivis de près par ceux de SAP (69,8%). Pour Microsoft, ils ne sont que 63,3%, et 45% pour Oracle. Pour les auteurs de l’étude, le choix d’Oracle de mettre en avant des fonctionnalités spécifiques, comme le Finance, attire davantage les organisations cherchant à automatiser des processus ou des domaines fonctionnels, plutôt que celles qui veulent transformer tout leur modèle opérationnel.

L’enquête constate enfin des différences notables au niveau des domaines fonctionnels mis en œuvre. Chez les clients d’Infor, la gestion de la supply chain (SCM) prédomine (66,7%), alors que le e-commerce est presque absent (8,3%). L’éditeur vient en effet d’acquérir GT Nexus, une solution de gestion de la chaîne d’approvisionnement bien établie, alors qu’il est encore en train de travailler sur son offre e-commerce. Chez les clients de Microsoft, c’est l’optimisation des processus métiers qui est mise en avant (61,5%), tandis que la standardisation à travers des bonnes pratiques est peu mentionnée (30,8% de réponses). Enfin, les clients de de SAP sont deux fois plus nombreux que les autres à citer le développement stratégique (30,4 %).

panorama-ERP-focus-projets

Source : Panorama Consulting Solutions, « Clash of the Titans 2019 »

AUCUN COMMENTAIRE