A l’heure de la transformation numérique, le DSI doit quitter ses atours de technicien opérationnel pour jouer un rôle central dans l’entreprise du futur. Et il en faut du courage pour réussir cette mission...

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, je souhaite revenir sur l’évolution du métier de DSI. A le côtoyer, je peine à imaginer le parcours qu’il a franchi, du Directeur informatique avec les mains dans le cambouis – il n’y a rien de péjoratif dans cette expression, juste le constat d’un métier où le patron met la main à la pâte –, une vision qui occupe encore 70 % à 80 % de votre budget, au Directeur des systèmes d’information, auquel il est demandé d’être manager, stratège et innovateur.

Le numérique envahissant rappelle combien le DSI doit être à l’avant-garde des technologies dans son entreprise. Peut-il en être autrement s’il veut répondre aux objectifs qu'elle se fixe, répondre à ses exigences, et accompagner ses ambitions ? Une tâche difficile, qui doit miser sur l’influence et la crédibilité.

La mission du DSI aujourd’hui ? C’est finalement tout ce qui fait l’actu numérique des entreprises : l’accélération, la sécurisation, la communication, le calcul, l’analyse, l’expérimentation, la structuration, l’administration, l’orchestration, l’accompagnement, la robotisation, l’automatisation, le recrutement, la prise de décision, le conseil d’administration… Et je suis certain que j’en oublie !

En voilà de bien vilains mots, dirons certains ! Pas tant que cela, en réalité. Par contre, il y a là de quoi s’occuper… Si le DSI veut atteindre les objectifs qui lui sont soumis par sa direction, il doit faire évoluer son rôle, retirer ses mains du cambouis, même si ça lui plait bien, abandonner sa règle à calcul (à chacun son âge), et devenir le leader.

Leader technologique, de l’innovation, des talents, de la croissance, et porteur de la valeur. Il doit frapper à la porte du board, parce que sa mission l’exige, parce qu’il le mérite, et parce qu’il le faut bien si l’entreprise veut placer le numérique en tête de ses préoccupations.

De tout cela, de tout ce que le DSI initie, promeut et supporte, des opportunités qui se présentent pour façonner l’avenir, une seule chose me vient à l’esprit, une qualité essentielle que doit intégrer le DSI : il doit être courageux.

Qu’en pensez-vous ?

Image d’entête 670072994 @ iStock Andrew_Rybalko

AUCUN COMMENTAIRE