Parallèlement à l’essor des robots industriels, celui des cobots, ces robots collaboratifs destinés à travailler de concert avec les humains, devrait connaître une croissance fulgurante dans les années à venir, d’après plusieurs études.

Dans son rapport World Robotics, l’IFR (International Federation of Robotics) note que le « nombre d’unités installées reste très faible avec une part de 3,24 % seulement. En 2018, moins de 14 000 des 422 000 robots industriels installés étaient des cobots. L’année précédente, environ 11 100 unités étaient des cobots ».

Reste que le taux de progression des installations de cobots a augmenté de 23 % entre 2017 à 2018, selon l’étude. « Le marché devrait croître à un taux annuel composé de 60,85 % en volume entre 2019 à 2024 », estime le cabinet Research & Markets. D’après un autre cabinet d’analyse, BIS Research, le marché des robots collaboratifs a enregistré un chiffre d’affaires de 580,8 M$ en 2018 et devrait bondir à 9,13 Md$ d’ici 2024. En valeur, le marché devrait croître à un taux annuel composé de 58,79 %, au cours de la période de prévision, 2019 à 2024.

L’écosystème se met en place

L’absence de normes et de réglementations de conformité pour les cobots est l’un des facteurs qui pourraient freiner la croissance du marché, mais au vu des besoins, ce sont les TPE/PME qui devraient tirer le marché. En effet, le besoin de réduire les effectifs tout en augmentant la productivité et le time to market est beaucoup plus vital dans ces petites et moyennes structures. Une fois réglés les problèmes de sécurité liés au travail dans des environnements partagés, la croissance devrait être au rendez-vous et pour plusieurs années.

Avec les récents développements de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage machine, les robots deviennent de plus en plus flexibles et sont disponibles à une fraction du coût de ceux utilisés dans les environnements industriels. Les robots collaboratifs devraient connaître une période de croissance tirée par la demande, mais aussi par le besoin croissant d’améliorer la productivité, la vitesse et l’efficacité, la réduction continue de la main-d’œuvre et la résolution des problèmes de sécurité liés au travail dans les environnements partagés.

D’après l’étude de Frost & Sullivan citée plus haut, un « potentiel de croissance illimité attend les fabricants qui sont en mesure de développer des robots sécurisés, collaboratifs et flexibles, et faciles à programmer pour les petites et moyennes structures ». De plus, des solutions alimentées par l’IA et le ML permettront d’étendre le champ d’application des cobots.

Gare à l’atomisation des normes

« Le marché des accessoires cobot tels que les systèmes de vision 3D, les systèmes de gestion de câbles, les capteurs métrologiques et les outils de couplage en bout de bras (EoAT), devrait connaître une croissance et une innovation rapides », déclare Nancy Wang, consultante, automatisation industrielle et contrôle des processus, Asie Pacifique, chez Frost & Sullivan.

Comme dans tous les marchés connaissant une croissance soutenue, les « partenariats avec les OEM locaux et l’acquisition de start-up impliquées dans le développement d’outils de bout de bras et de logiciels d’intelligence artificielle et d’apprentissage machine seront particulièrement importants pour développer les capacités de cobot ».

Il faudra cependant veiller à ne pas fragmenter le marché en multipliant les normes. « Les fabricants d’EoAT, les développeurs de logiciels, les intégrateurs de systèmes et les distributeurs préféreront les robots qui permettent l’intégration transparente de nouveaux matériels et logiciels tiers ».

Source : diverses

AUCUN COMMENTAIRE