Une enquête réalisée par IDC pour Dell technologies et VMware fait le point sur les enjeux du travail de demain et sur les réponses apportées par les organisations européennes.

Menée fin 2018, cette enquête a permis d’interroger 386 employés issus d’entreprises de toutes tailles, basées en France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Espagne, Pologne et République tchèque. Premier constat de cette étude : seules 29% des organisations ont mis en place une vraie stratégie dédiée au travail de demain. Ce type d’approche a pour but de mettre à la disposition des entreprises et de leurs salariés des innovations et des concepts de pointe pour soutenir leurs activités. Un quart de ces entreprises ont mis en place un budget de transformation global pour garantir le bon déroulement de leurs initiatives, mais plus d’un quart se contentent d’utiliser le budget fourni par leur service IT.

Former les salariés et aménager le travail, des priorités

Parmi les organisations en avance sur le sujet, l’initiative la plus déployée (50 %) concerne la création de programmes de formation pour donner à tous les salariés les dernières compétences digitales essentielles. Favoriser la productivité des employés est considérée comme une priorité pour ces acteurs.

Le réagencement de l’environnement de travail apparaît en seconde position. 46 % des participants affirment que leur entreprise a lancé une initiative de réagencement des espaces en faveur d’une approche de travail plus efficace. La France s’impose comme une pionnière dans ce domaine, avec plus de la moitié des interrogés indiquant avoir lancé des travaux de rénovation.

Les sondés sont également 48% à indiquer que leur entreprise a mis en place des politiques de travail adaptées aux évolutions de la société, comme le télétravail ou les horaires flexibles. Pour 46 % des participants, cette flexibilité est un avantage clé, qui les incite à rester en poste chez leur employeur actuel.

Enjeux de sécurité et attentes générationnelles divergentes freinent la transformation

Pour plus d’un tiers des entreprises représentées, la confidentialité et la gouvernance de la sécurité représentent des enjeux importants, qui peuvent freiner l’innovation dans l’environnement de travail. Cependant, l’utilisation de solutions inefficaces peut augmenter les risques de sécurité et de piratage des données de l’entreprise ou des clients. 30% des sondés estiment également que des systèmes IT redondants affectent l’intégration des nouvelles technologies.

La pyramide des âges au sein des entreprises ralentit également la mise en œuvre d’innovations. En moyenne, les organisations participantes emploient généralement 38 % de professionnels de la génération Y, 35 % de la génération X et 7 % de la génération Z. La coexistence de différentes générations, aux attentes parfois éloignées, complique l’adoption des nouveaux outils. Pour pallier ce frein, accompagnement au changement et formation restent les deux stratégies à privilégier.

La technologie au service de l’automatisation et des usages mobiles

L’automatisation des tâches récurrentes à l’aide de technologies intelligentes apparaît comme un bon levier de productivité. Plus de la moitié des entreprises en avance sur la modernisation des environnements ont mis en place des assistants digitaux intelligents, et près d’un quart des répondants affirmant utiliser ou avoir prévu d’utiliser des fonctions back-office basées sur l’IA.

Les autres technologies citées pour accompagner la transformation des modes de travail reflètent la place prise par la mobilité dans le cadre professionnel aujourd’hui. Il s’agit en effet des plates-formes Cloud (54 %), les logiciels de sécurité pour mobile (49 %) et l’accès mobile aux outils (39 %).

Source : « Future of Work Ready: Follow the Leaders », enquête IDC pour Dell Technologies et VMware

AUCUN COMMENTAIRE