Il est un consensus des effets positifs de l’Intelligence Artificielle sur la main d’oeuvre et les employés, mais la fin de la phase d'expérimentation vient également démontrer qu’environ 2 entreprises sur 5 qui ont adopté l’IA ont éliminé des emplois devenus superflus !

En Occident, comme en Chine et en Inde, la phase d’expérimentation de l’Intelligence Artificielle (IA) est déjà dépassée. 86 % des grandes entreprises interrogées pour Infosys dans le cadre de son étude « Age of AI » ont déjà déployé des IA intermédiaires ou avancées, et la considèrent comme un facilitateur de leur business.

73 % des dirigeants et des décideurs IT considèrent que les premiers déploiement de l’IA ont transformé leur façon de faire du business. Et 90 % des cadres ‘C-level’ rapportent des bénéfices mesurables au sein de leur entreprise.

L’IA pour quoi faire ?

L'IA est utilisé pour augmenter les fonctionnalités des solutions existantes ou créer de nouvelles solutions et services critiques afin optimiser les informations et l'expérience client. C’est ce que déclarent 80 % des décideurs informatiques dont l’entreprise est en phase de déploiement avancé.

Les avantages de l’IA couvrent la chaîne de valeur commerciale. Parmi les usages de l’IA, 66 % des entreprises ont déjà automatisé des processus routiniers ou inefficaces. Et 42 % estiment qu’elle aura un impact significatif sur la R&D dans les prochaines années. La technologie devrait se déployer rapidement sur l’innovation et sur la différenciation des entreprises sur leur marché ou vers de nouveaux marchés.

Pour autant, même si le succès est là, le déploiement de l’IA n’est pas toujours simple, et 53 % des décideurs interrogés confirment que les technologies d’IA ont entrainé des perturbations.

L’IA et l’emploi

Après les interrogations sur l’impact des robots sur les emplois, c’est l’IA qui est désormais dans le collimateur… Certains décideurs posent la question de l’équilibre entre les préoccupations et les avantages éthiques de l’IA sur la main-d'œuvre. Quant aux employés, ils sont préoccupés de voir l’IA les remplacer.

  • D’un côté il y a la main d’oeuvre, première touchée, et justement environ 2 entreprises sur 5 qui ont adopté l’IA ont déjà procédé à l’élimination d’emplois devenus superflus !
  • De l’autre côté, il y a les employés qui vont se voir confier la mission d’être au service de l’IA. A 61 % ce sont les équipes IT qui seront la fonction la plus touchée dans les prochaines années. Cependant, l'IA commence également à avoir un impact croissant sur le marketing et les communications (32%), les ressources humaines (29%) et les départements juridiques (15%).

Quelles priorités ? Se former à l’IA dans la crainte de l’IA !

77 % des décideurs interrogés se montrent confiants sur la capacité de leur organisation à former leurs employés pour les nouveaux rôles que les technologies IA créeront. Ainsi la formation et le recrutement figurent parmi les principaux domaines d'investissement sur les technologies de l'IA.

Si les dirigeants ont à 40 % placé la formation de leurs employés dans leurs priorités, les cadre ‘C-Level’ appellent également à la formation sur l'IA de l'équipe de direction et en font une priorité absolue.

48 % des personnes interrogées ont déclaré que l'IA avait augmenté les compétences humaines pour améliorer le travail de leurs employés, et 45 % que l'IA est en train de créer de meilleurs employés parce qu'elle libère leur temps pour un travail de plus grande valeur.

Cependant, le doute est permis, et le sentiment qui domine chez les employés reste, selon 69 % des cadres, l’inquiétude sur ces technologies d’Intelligence Artificielle qui vont les remplacer.

Source : enquête « Age of AI » d’Infosys menée par Branded Research auprès de 1.053 dirigeants et décideurs IT dans 7 pays, Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Inde, Chine et Australie

Image d’entête 893366894 @ iStock EvgeniyZimin

AUCUN COMMENTAIRE