Préoccupés pas l’usurpation d’identité, 55 % des consommateurs français admettent avoir intentionnellement falsifié leurs données personnelles personnelles lors de l'achat d'un produit ou service.

L’éditeur RSA a réalisé une étude, pleine d’enseignements sans pour autant être une réelle surprise, sur le comportement des Français face à leurs données personnelles en ligne. Principal enseignement de l’étude, plus d'un consommateur français sur deux (55%) admet avoir intentionnellement falsifié ses informations personnelles lors de l'achat d'un produit ou service, et plus il est jeune et plus il est susceptible de les falsifier.

Les informations personnelles les plus fréquemment falsifiées sont :

  • 32 % - Le numéro de téléphone
  • 19 % - La date de naissance
  • 18 % - L’adresse personnelle
  • 17 % - Le nom

Les Français se montrent ainsi particulièrement préoccupés par leurs données personnelles :

RSA-Infographie -Data Privacy and Security BD-1

Pourquoi falsifier ?

8 consommateurs français sur 10 (80%) s'efforcent de limiter la quantité d'informations personnelles qu'ils publient en ligne ou communiquent aux entreprises. Les principaux motifs de falsification des données personnelles invoqués sont les suivants :

  • 60 % - Ne souhaitent pas recevoir de communications non sollicitées (appels téléphoniques, SMS, e-mails) de la part des entreprises ;
  • 51 % - Ne veulent pas recevoir de publicités ;
  • 35 % - Estiment que les données demandées sont sans rapport avec le produit/service proposé ;
  • 32 % - Doutent de la capacité de l'entreprise à traiter/conserver leurs données de manière sécurisée.

Questionnés sur les types de données personnelles qu'ils souhaitent préserver :

  • 81 % des Français citent leurs informations financières et bancaires ;
  • 72 % leurs pièces d'identité, dont leur passeport et leur permis de conduire ;
  • 71 % tiennent à protéger leurs informations de sécurité, comme les mots de passe.

Notons que les consommateurs français attachent moins d'importance à la protection de leurs habitudes de navigation (35%), données de géolocalisation (38%) et données génétiques ADN (39%) .

RSA-Infographie -Data Privacy and Security BD-2

Concernant la perte, le vol ou la manipulation des données personnelles…

  • 74 % des consommateurs français se disent préoccupés par l'usurpation de leur identité ;
  • 73 % craignent que de l'argent ne soit dérobé à leur insu sur leur compte bancaire ;
  • 33 % redoutent l'altération de leurs dossiers médicaux ;
  • 33% redoutent l’amtération de leur casier judiciaire ;
  • 40 % s'inquiètent de la divulgation publique d'informations embarrassantes ou sensibles les concernant ;
  • 41 % ont peur d'être victimes de chantage suite à la perte, au vol ou à la manipulation de  messages ou de photos.

Avons-nous vraiment le choix ?

  • 49 % des consommateurs français estiment n'avoir d'autre choix que de fournir des données personnelles à une entreprise en contrepartie de produits ou de services. Ce sentiment est partagé par 70 % des 25-34 ans.
  • 39 % se sont sentis forcés de transmettre à des entreprises des données personnelles sans aucun rapport avec le produit ou service proposé. Et 22 % des 18-24 ans acceptent avec résignation de communiquer leurs informations personnelles.
  • Et 49 % pensent que les consommateurs sont si habitués à divulguer leurs données personnelles qu'il est presque impossible d'inverser la tendance.

RSA-Infographie -Data Privacy and Security BD-3

Quel impact sur les entreprises et les marques ?

Le niveau de tolérance des consommateurs français baisse, en particulier avec l'âge, 82 % des plus de 55 ans étant prêts à boycotter une entreprise, contre 65 % chez les 18-24 ans qui font preuve d'une plus grande indulgence. 69 % des consommateurs se disent prêts à boycotter une entreprise ayant montré, à maintes reprises, un manque d'intérêt pour la protection des données clients.

59 % éviteraient de confier leurs données personnelles à une entreprise connue pour avoir vendu des informations ou les avoir utilisées de manière abusive sans le consentement des personnes intéressées. 53 % se montrent moins enclins à acheter les produits/services d'une entreprise réputée pour sa mauvaise gestion des données. A l’inverse, 48 % sont plus susceptibles d'acheter auprès d'une entreprise ayant démontré qu'elle prenait la protection des données au sérieux.

En cas de vol de leurs informations personnelles résultant d'une atteinte à la sécurité, 67 % des consommateurs en attribueraient la responsabilité à l'entreprise plus qu'à qui que ce soit d'autre (y compris le pirate).

Image d’entête 666115954 @ iStock PeterHermesFurian

AUCUN COMMENTAIRE