Les analystes du Gartner ont identifié 8 grandes tendances technologiques qui vont avoir un impact sur les chaînes d’approvisionnement au cours des années à venir.

Si la plupart de ces innovations sont pour l’instant en phase d’expérimentation et ne sont pas déployées sur large échelle, d’ici 5 ans, près de la moitié des grands groupes pourraient les avoir intégrées dans leur supply chain. Ces tendances laissent présager des ruptures majeures dans la manière dont fonctionnent aujourd’hui les chaines d’approvisionnement.

L’intelligence artificielle (IA)

Dans la supply chain, l’IA vise avant tout à améliorer les performances opérationnelles, en automatisant certains processus comme la prévision de la demande, la planification de la production ou encore la maintenance prédictive. Elle peut notamment permettre de réduire les risques, de par sa capacité à analyser et corréler très rapidement de gros volumes de données.

Les applications analytiques avancées

Dans cette catégorie, le Gartner place à la fois l’analyse prédictive, qui permet d’anticiper des scénarios futurs, et l’analyse prescriptive, qui fournit des recommandations afin d’atteindre un objectif préétabli. Grâce aux nouvelles sources de données à la disposition des organisations, celles-ci peuvent utiliser ces technologies prendre de meilleures décisions, qu’il s’agisse de planification, de sourcing ou de transports de biens et matériaux. Pour Christian Titze, Vice-Président chargé de la recherche chez Gartner, « si ces technologies ne sont pas nouvelles, leur impact sur la supply chain est significatif ».

L’Internet des objets (IoT)

La mise en place de réseaux d’objets capables d’interagir avec leur environnement suscite l’intérêt des acteurs de la supply chain, qui explorent notamment leurs possibilités pour la gestion logistique, le service client et l’amélioration de la disponibilité des approvisionnements.

L’automatisation robotique des processus (RPA)

Les outils de Robotic Process Automation s’appuient sur des robots logiciels qui savent reproduire étape par étape un processus exécuté sur des systèmes informatiques. La RPA permet de réduire les coûts et d’éliminer toutes les erreurs liées à la saisie manuelle. Dans le domaine de la supply chain, l’usage de la RPA réduit fortement les délais d’exécution des processus (lead time), notamment la création d’ordres d’achat, de ventes ou de transport.

Les objets autonomes

Ce terme désigne aussi bien des véhicules autonomes (chariots élévateurs, camions…) que des drones, pilotés grâce à des algorithmes d’intelligence artificielle. De tels dispositifs offrent des opportunités intéressantes dans les entrepôts, pour réduire par exemple la durée des inventaires grâce à des drones qui photographient et identifient les produits en stock.

Les jumeaux numériques

Dans le contexte de la supply chain, les jumeaux numériques permettent de représenter sous forme digitale toutes les entités physiques intervenant dans les processus : produits, clients, marchés, centres de distribution et entrepôts, usines, mais aussi éléments financiers, météo… ces doubles numériques sont reliés à leur équivalent dans le monde réel, afin de suivre en temps réel l’état de chaque maillon de la chaîne. Grâce à cette vision d’ensemble, les entreprises peuvent facilement superviser leurs différents processus, optimiser les opérations et réagir plus rapidement aux changements.

Les expériences immersives

La réalité augmentée (AR) et virtuelle (VR), les systèmes conversationnels changent la manière dont les humains interagissent avec leur environnement. Dans la supply chain, les organisations peuvent combiner par exemple AR, QR codes et technologies mobiles afin d’accélérer le remplacement d’une pièce sur les chaînes de production.

La Blockchain

Même si les initiatives autour de la Blockchain dans les chaînes d’approvisionnement ne font que débuter, cette technologie a le potentiel de répondre à des enjeux forts, notamment dans le cadre de supply chain très complexes à l’échelle mondiale. L’usage le plus évident est la traçabilité des flux de marchandises, la Blockchain évitant de longs échanges de papiers avec les autorités portuaires et améliorant la détection des contrefaçons.

Source : Gartner

AUCUN COMMENTAIRE