L’ancien dirigeant de Google, Andy Rubin aurait reçu une compensation de 90 millions de dollars après avoir démissionné de sa firme pour cause de harcèlement sexuel. La société aurait aussi approuvé le virement de 45 millions de dollars à Amit Singhal, l’ancien vice-président de Google qui a aussi démissionné pour les mêmes raisons. Ces différentes circonstances ont provoqué l’indignation des employés de Google, ce qui a entrainé une grève massive et des changements au niveau des structures des contrats de certains employés. James Martin, l’un des actionnaires de Google a même déposé une plainte, car selon lui, les paiements réalisés par la firme constituent un manquement à une obligation fiduciaire, vu la raison des départs de ces 2 anciens cadres. James Martin a également souligné dans sa plainte que l’attribution des 150 millions de dollars à Andy Rubin et Amit Singhal a été approuvée par Larry Page lui-même alors que cette décision devait passer par le conseil d’administration ou par le LDCC (Leadership, Development and Compensation Comittee).

L’ancien dirigeant de Google, Andy Rubin a été accusé de harcèlement sexuel à l’encontre de l’une de ses subordonnées. Amit Singhal quant à lui a été accusé d’avoir harcelé un employé en 2015 alors qu’il était en état d’ébriété. Cette fâcheuse circonstance l’a aussi poussé à quitter son poste. Mais en échange, il a accepté une compensation de 45 millions de dollars ainsi qu’un accord qui l’oblige à ne pas travailler pour la concurrence. La plainte de James Martin indique clairement que le LDCC a toujours continué à cacher les vraies raisons du départ d’Amit Singhal en insistant sur le fait que celui-ci aurait démissionné pour se consacrer à des activités philanthropiques.

#Google accorde plus de 150 millions de dollars à ses anciens cadres accusés de harcèlement sexuel Click to Tweet
À lire aussi Google dévoile son nouvel outil de protection de données pour améliorer TensorFlow

AUCUN COMMENTAIRE