L’incertitude concernant l’issue du Brexit a gagné les entrepreneurs et les investisseurs britanniques de la Silicon Valley. Selon eux, le retrait du Royaume-Uni au sein de l’UE va entrainer plusieurs conséquences néfastes pour le pays. Josh Browder, le fondateur de la startup juridique DoNotPay qui est installé aux États-Unis depuis quatre ans se dit horrifié de l’issue incertaine du Brexit. D’après lui, en cas de retrait sans accord, les revenus du peuple britannique sont susceptibles de baisser et la qualité de vie serait moins bonne qu’avant. Nicky Goulimis, le cofondateur et directeur de l’exploitation de Nova Credit a même comparé l’application du Brexit à une tragédie shakespearienne. L’incertitude sur le Brexit a également touché les décisions commerciales. Andy McLoughlin, le cofondateur de Huddle a déclaré que les entreprises américaines sont en train de suspendre les partenariats avec les clients britanniques faute d’accord réel.

Face à cette vague d’inquiétude, certains acteurs affirment qu’il n’y a aucun souci à se faire concernant l’issue du Brexit. La firme London & Partner (une organisation à but non lucratif soutenue par le maire de Londres) a déclaré que les géants de la technologie tels que Google, Apple et Facebook ont déjà investi une somme considérable dans le pays après le référendum de 2016. De plus, d’autres entreprises de la Silicon Valley ont suivi la voie. Pour le moment, certains analystes se demandent encore si le Royaume-Uni va quitter l’UE sans accord le 29 mars prochain. Ils s’attendent à un prolongement des négociations pour parvenir à un accord avantageux.

Le #Brexit inquiète les techniciens britanniques de la Silicon Valley Click to Tweet
À lire aussi Post Brexit : inquiétudes sur la pénurie de femmes dans les cursus informatiques

AUCUN COMMENTAIRE