L’année 2019 est celle qui a connu le plus grand nombre de cas de cybercriminalité. Bien que la majorité a été motivée par l’appât du gain, certains gouvernements et entreprises ont toutefois été victimes. Néanmoins, les hackings ont toujours existé. Mais cette année, leur proportion a atteint des sommets. Non seulement leur nombre a augmenté, mais certains ont longtemps été considérés comme improbables, voire impossibles. C’est le cas de l’attaque qu’a subie le système d’Apple, iOS, réputé impénétrable jusque-là. Pour contrecarrer les activités des pirates, le Département de défense américaine est en train d’élaborer un projet de nouvelles normes de cybersécurité à l’endroit des prestataires gouvernementaux.

Il serait difficile de citer toutes les attaques perpétrées par les pirates en 2019. Mais les suivantes sont considérées comme les plus importantes. La première concerne le hacking sur WatsApp par un logiciel de surveillance installé sur les mobiles des utilisateurs. On ignore toujours la portée de cette attaque sur le réseau social qui compte plus de 1,5 milliard de membres. On se souvient aussi du piratage qui visait les musulmans ouïghours (Chine), notamment ceux qui utilisaient l’iPhone d’Apple. Des pirates ont, en outre, réussi à extirper des données de la douane américaine, dont des informations sur plus de 100.000 voyageurs. De son côté, le malware Emotet a piraté les bases de données d’un sous-traitant du gouvernement américain. Quest Diagnostics n’est pas en reste. Le laboratoire clinique s'est vu dérober les informations personnelles et bancaires de près de 12 millions d’individus. Idem pour des millions de clients de Capital One. Même le géant de la technologie Microsoft a été victime des hackers sur Visual Studio, via lequel ils ont créé des portes dérobées dans trois jeux vidéo. 92.000 ordinateurs ont été concernés. Le constructeur ASUS a également été touché par les mêmes faits. Par ailleurs, près de 250 millions de joueurs de Fortnite ont été exposés à un ransomware. Plusieurs villes des Etats-Unis et du monde ont même été les cibles de ce genre de hacking (Baltimore, Floride, etc.). L’attaque mondiale par le logiciel LockerGoga qui a concerné plusieurs grandes entreprises internationales est aussi l’une des plus importantes.

2019 : l’année des attaques #informatiques Click to Tweet
À lire aussi Les cybercriminels recourent à des techniques d’évitement de plus en plus sophistiquées

AUCUN COMMENTAIRE