Les applications i-ERP, ou ERP intelligents, formeront la prochaine vague des solutions de gestion de l’entreprise, qui auront intégré le machine learning et l’Internet des Objets.

Vous pensiez que le futur de l’ERP est déjà en route, associant dans une même solution l’ERP et la BI, la gestion de l’entreprise avec l’analyse, avec même une étape supérieure liée au temps réel et aux solutions in-memory qui les supportent.

Eh bien détrompez-vous, car le Gartner nous invite à découvrir un « nouveau backbone de la transformation digitale » : l’i-ERP.

Et l’ERP devint intelligent !

Derrière cet acronyme se cache la notion d’ERP intelligent, qui soutient la transformation digitale de l’entreprise au cœur du système d’information. Principales fonctionnalités qui viennent renforcer l’ERP, le machine learning pour le Gartner et l’IoT (Internet des Objets) pour IDC.

Les analystes du Gartner en font une description en trois dimensions :

  • une assistance et une expérience de conversation avec l’utilisateur ;
  • l’automatisation et l’augmentation des processus étendus ;
  • et des ensembles de données consolidées accompagnés d’un accès contextuel.

Le machine learning apporte une dimension d’automatisation et d’autoapprentissage par l’exemple. IDC lui préfère l’IoT, qui apporte une double dimension quantitative et géographique de l’information. Sur ce second point, rappelons que 40 % de l’ensemble des données sera généré par des machines dès 2020.

Souple, flexible, agile, automatisé

Le système i-ERP va devenir essentiel pour relier les données non structurées provenant de périphériques avec des données structurées dans l’entreprise. De plus, si aujourd’hui une organisation se doit d’offrir de la valeur, demain, ce sera au client de trouver l’information lui-même. L’entreprise doit être souple, certains diront agile, l’ERP doit suivre.

L’ERP perturbateur ? Cette perspective est inattendue. Mais les entreprises vont continuer d’éprouver le besoin de réduire leurs dépenses, tant en coûts qu’en espaces d’exécution. Il leur faudra donc un ERP plus facile à mettre en œuvre, plus flexible pour adapter les nouveaux processus, et disposant de la capacité de multiplier les volumes d’infirmation pour automatiser la prise de décision. Une uberisation de l’ERP en quelque sorte !

Image 83162035 @ iStock Droidworker

AUCUN COMMENTAIRE