La transformation digitale est une réalité dans les collectivités locales et territoriales. Mais la stratégie numérique se fait de plus en plus transversale, ne facilitant pas la tâche de la DSI, dans un milieu souvent très éloigné de la maturité numérique.

La transformation digitale des collectivités territoriales est en cours, reposant sur des services rendus aux citoyens, sur la recherche de valeur, s'appuyant sur le cloud et la mobilité, pas encore sur le Big Data mais en bonne voie sur l'Internet des Objets. Nous l'avons vu dans notre précédant article « La DSI des collectivités territoriales veut créer de la valeur ».

La seconde édition de l'Observatoire des Compétences Numériques des Collectivités Locales, menée par les analystes de Markess, vient affiner cette vision en s'intéressant à la prise de décision au sein des collectivités – la décision finale revenant bien évidemment au Maire, au président d'agglomération, aux élus... - et confirmant la montée en puissance des métiers.

150 métiers et la DSI

Avec plus de 150 métiers référencés au sein des collectivités, la tâche de la DSI est loin d'être simple, d'autant plus que si le marché IT des collectivités semble se porter mieux que celui des entreprises, il n'en est pas moins soumis à de fortes pressions. C'est ainsi que la direction financière pointe en tête des directions les plus proactives aux côtés de la DSI.

Ce n'est pas une surprise en soi, le grand chantier de la DSI des collectivités - dont l'échéance été au 1 janvier de cette année - s'appelle PES V2 (protocole d’échange standard d’Hélios version 2), qui a rendu obligatoire l'adoption d'une solution de dématérialisation des titres de recette, des mandats de dépense et des bordereaux des collectivités et télé transmis aux services de la DGFIP. La direction financière est intéressée au premier chef à ces démarches de dématérialisation, qui par ailleurs rencontrent un grand succès lorsqu'elles sont bien menées.

La direction communication est depuis longtemps le premier interlocuteur de la DSI sur la transformation digitale des collectivités, pilotant des projets de centralisation des services et de l'information au profit des usagers. Pas toujours la plus pertinente, de notre avis, mais cela est une réalité qui démontre le manque de maturité de nombreuses collectivités concernant l'évolution et l'adoption des IT.

Directions métiers et direction générale

La direction usager, qui touche les directions des affaires sociales, des affaires scolaires, culturelles, etc., monte également au créneau. Les chantiers visant l’amélioration de la relation usager au travers de services qui font de plus en plus la part aux profils, voire à la personnalisation, se multiplient. Et ces directions commencent à afficher de nouvelles compétences en matière d'expertise numérique, au point que la DSI peut compter sur elles… Parfois également pour rattraper les erreurs dues aux pratiques du Shadows IT !

Si la DSI des collectivité demeure majoritaire pour piloter la stratégie de transformation digitale, l'émergence des directions métiers sur ce sujet se fait de plus en plus forte, nécessitant la mise en place d'ne approche transversale. Par ailleurs, prise par les échéances électorales, par les problématiques regroupement et d'intercommunalité, et par l'évolution du financement et de la répartition des sources de valeurs entre l’État, les régions et départements, et les communes, la direction générale des services n'a pas encore émergé au sein des compétences numériques des collectivités… mais cela ne serait tarder !

Nouveaux profils et transversalité

Notons enfin que l'Observatoire Markess a détecté l'apparition de nouveaux profils spécifiques qui commencent à prendre place dans la chaine de prise de décision des stratégies numériques dans les collectivités : directeur de l’innovation, directeur du numérique ou encore de la modernisation. Quant à l’administrateur de données (Chief Data Officer) et le responsable ville intelligente, les postes sont rares et ils ne devraient pas émerger avant 2017.

En conclusion, le principal à retenir de cet Observatoire est l'émergence de la transversalité dans la stratégie de transformation digitale des collectivités locales. 44% des décideurs confirment l'établissement une stratégie transversale pour le numérique dans leurs collectivités, et 21% prévoient de le faire d’ici 2017. La question qui reste en suspens porte sur le rôle encore central de la DSI sur les projets de transformation. Le restera-t-il longtemps ? Certainement, tant qu'il continuera de disposer des compétences nécessaires pour mener à bien ces projets…

AUCUN COMMENTAIRE