En 2019, la dépense pour les infrastructures convergées représentera près du quart des investissements dans les datacenters. Quels sont les principaux points de déclenchement de cette transitions pour les DSI ?

Les infrastructures convergées sont les systèmes qui intègrent le calcul (serveurs), le stockage et le réseau, ainsi que la couche d'administration avec les OS (systèmes d'exploitation), et généralement la couche de virtualisation. Plus simples, plus rapides à déployer car fournies dans une boite, plus performantes via leur optimisation et les automatisations, plus faciles à administrer, plus agiles, ces infrastructures séduisent de plus en plus d'entreprises.

Pour le Gartner, les DSI se tournent de plus en plus vers ces infrastructures, avec des dépenses d'investissement qui devraient progresser de 19 % d'année en année, jusqu'en 2019 où le marché devrait dépasser les 20 milliards de dollars (20,4). Et représenter 22,6 % des investissements dans le datacenter, soit environ un quart de ce marché.

Dans le même temps, le passage à une infrastructure convergée, en déplaçant les équipes et les ressources stockage et réseau de la DSI, représente un important changement au sein des organisations. Dont nous vous dévoilons les 6 principaux cataliseurs – points de changement – pour la DSI.

Réduire les coûts de gestion IT et augmenter la scalibilité

C'est le point commun orienté métier des DSI, liée au déploiement de l'infrastructure convergée considérée comme une réponse aux 80 % du temps que les équipes de la DSI consacrent aux fonctions opérationnelles. La hausse annuelle de 40 à 50 % des volumes de données, et les nouveaux chantiers liés à la transformation digitale, participent également à ce mouvement en appelant à l'automatisation et à la scalabilité (capacité d'augmenter ou réduire l'infrastructure à la demande).

Soutenir les équipes DevOps

Deux défis ici, les applications nécessaires aux équipes internes de la DSI, et les applications mobiles pour les clients de la DSI. Tous ces clients demandent de la réactivité au plus près du temps réel, et le support de tous les canaux de communication. Cela impose le passage des opérations à un mode agile, une réduction de la durée des cycles de développement et de déploiement, dont une intensification du rythme hebdomadaire, ainsi qu'une automatisation des processus manuels d'allocation des ressources d'infrastructure.

Une infrastructure adaptée aux tests à petit échelle et à la scalabilité des travaux de Dev

La mise à niveau de l'infrastructure doit pouvoir être réalisée prestement, avec la capacité de déployer rapidement une infrastructure de test réduite mais complète (et généralement de démarrer petit), et de basculer de l'environnement 'test and dev' sur l'environnement 'de production'. Sans oublier la capacité d'étendre dynamiquement la même infrastructure de manière transparente sur plusieurs nœuds en fonction des besoins.

Soutenir la mise à l'échelle des applications nouvelles

Eliminer la surcharge nécessaires aux nouvelles applications, comme le VDI (poste de travail virtuel), tout en soutenant les nouveaux modèles de productivité, et sans rien sacrifier à la sécurité.

Réduire les risques dans la migration vers le cloud

Les entreprises sont séduites par le Cloud Computing, et en particulier par les services de cloud public. Ce qui est moins le cas pour la DSI qui voit dans l'adoption éventuelle du cloud public l'introduction d'une nouvelle couche de complexité, avec son lot d'interrogations, comme la haute disponibilité, la sauvegarde, l'archivage, le coût de la réversibilité, et surtout la protection des données. Pour limiter les risques, de nombreux DSI s'intéressent à une option qui leur donne le contrôle complet, celle du cloud hybride support d'un système de cloud élastique, dont la performance, la sécurité et la gestion simplifiée reposent sur une infrastructure convergée.

Mettre à jour infrastructures et applications en fin de vie

Ce point est plutôt destiné aux entreprises moyennes et grandes, pour lesquelles l'infrastructure convergée représente un moyen de renouveler du matériel et de synchroniser des logiciels. Avec des changements majeurs, certes, mais sans rupture, pour relever le défi des infrastructure en fin de vie. Sans oublier celui des mises à jour majeures d'applications stratégiques en cours d'automatisation, comme l'EP, la vente ou le CRM.

Source : Prévisions du Gartner, appuyées par Brad Maltz, Senior Director of Converged Infrastructure chez EMC 

AUCUN COMMENTAIRE