De 3,9% entre 2007 et 2011, le nombre de licenciements de PDG pour manquement ou violation de l’éthique est passé à 5,3% entre 2012 et 2016.

L’étude « 2016 CEO Success Study », conduite par Strategy et PwC, et qui étudie l’évolution des Directions générales des 2500 plus grandes entreprises mondiales, révèle une augmentation sensible, de 36%, des licenciements de PDG pour manquements à l’éthique au cours des 5 dernières années.

Par manquements à l’éthique, comprenez corruption, indiscrétions sexuelles, fraude, délit d'initié, ou encore négligence qui mène à des catastrophes environnementales.

L'explosion des licenciements en Amérique du Nord

Ce phénomène touche toutes les entreprises et toutes les régions du monde, mais c’est surtout l’Amérique du Nord qui enregistre la plus forte augmentation (102% !), alors que les licenciements pour manquements à l'éthique étaient encore peu courants de ce côté de l’Atlantique. Entre les périodes 2007/2011 et 2012/2016, le taux de licenciements de PDG pour éthique est passé de :

  • Europe de l’Ouest - de 4,2% à 5,9%
  • BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) - de 3,6% à 8,8%
  • Etats-Unis et Canada - 1,6% à 3,3%

Pas de conclusion hâtive, cependant, cette évolution ne traduit pas nécessairement une augmentation de la mauvaise conduite des entreprises et de leurs patrons, mais plutôt que les entreprises sont soumises à des cadres et des normes d'éthiques plus élevés.

S’ajoutent à cela les progrès technologiques et de la communication – comme la messagerie, le courrier électronique et les médias sociaux – qui ont rendu plus facile l'obtention et le partage de documents numériques.

Les 5 tendances dans la responsabilité du PDG

C’est ainsi que le « 2016 CEO Success Study » identifie cinq tendances qui façonnent la responsabilité du chef d’entreprises :

  • l’opinion publique ;
  • la gouvernance et la réglementation ;
  • l'environnement d'exploitation du business ;
  • les communications numériques ;
  • le cycle 24/7 des nouvelles et de l'information.

Des chiffres et des tendances qui ne vont pas améliorer l’image des patrons, PDG et CEO... Depuis la crise financière, qui a débuté en 2007-2008, la confiance dans les grandes entreprises ne cesse de diminuer. Selon le « 2017 Edelman Trust Barometer », nous ne serions plus que 37% seulement à considérer aujourd'hui les PDG crédibles...

Source : « 2016 CEO Success Study », conduite par Strategy et PwC

Image d’entête 688386540 @ iStock papobchote

AUCUN COMMENTAIRE