Une étude récente menée par des chercheurs de l’Université de l’Arizona sur le ‘jetlag social’ a démontré que les ruptures dans la quantité du sommeil, mais aussi dans sa cohérence peuvent mettre notre santé en péril.

Harassé par le sommeil en semaine, vous vous relâchez le week-end. Vos habitudes de sommeil diffèrent donc entre ces deux périodes de la semaine, et vous pensez que la seconde rattrape la première, que le week-end vous permet de récupérer de vos concessions de la semaine de travail...

Erreur !

Des chercheurs de l’Université de l’Arizona ont réalisé une étude sur les habitudes de sommeil d’environ un millier d’adultes âgés de 22 à 60 ans. Ils ont constaté que non seulement la quantité de sommeil compte, mais aussi la cohérence, autrement dit la régularité ! Et surtout, ils ont découvert un lien entre l'évolution des tendances du sommeil et les maladies cardiaques, la dépression et d'autres problèmes de santé.

Jetlag social

Qu’est-ce que le jetlag social ? Les chercheurs ont calculé le point médian entre le moment où les participants à l’étude se sont endormis et celui où ils se sont réveillés, à la fois le week-end et en semaine, et ils ont calculé la différence entre eux. Le principe est simple : si en semaine vous allez généralement dormir à 23 heures et que vous vous réveillez à 7 heures, et si le week-end ces horaires sont portés à 1 heure et 9 heures, le décalage horaire (jetlag) social est de 2 heures. Le « rattrapage du sommeil » le week-end ne serait donc pas une si bonne idée…

Les conséquences médicales

Mais le plus important dans cette étude est certainement le constat des conséquences du jetlag social sur la santé. Car celui-ci - comme lorsque l’on voyage dans un pays avec du décalage horaire - décrit la différence de temps entre le moment où votre corps veut dormir et quand vous allez réellement dormir. Les chercheurs ont constaté que ce n’est pas seulement la quantité de sommeil qui compte, c'est aussi sa cohérence qui joue un rôle important sur notre santé.

Concrètement, les personnes qui affichent un jetlag social sont plus susceptibles de se sentir fatiguées, d’afficher une humeur négative, voire d'avoir une maladie cardiaque. 22% d’entre elles évaluent leur état de santé à bon, mais pas excellent. 28% le décrivent passable ou mauvais. Quant à la probabilité de souffrir d’une maladie cardiaque, elle augmente de 11% !

Il est temps de s’interroger sur la pratique du sommeil le week-end, avec une veille plus tardive le soir et sa compensation par plus de sommeil le lendemain matin, et sur son efficacité…

Image d’entête 681079908 @ iStock NataliaZelenova

AUCUN COMMENTAIRE