Peut-on d’ailleurs encore parler de pari lorsque le fondateur et CEO d’Amazon indique que ses services ont déjà embrassé l’Intelligence Artificielle et le machine learning dans l’accélération de la livraison des marchandises, la livraison par drones, l’épicerie du futur, l’assistant vocal Alexa, ou la création de services pour le cloud AWS ?

C’est dans sa dernière lettre annuelle à ses actionnaires que Jeff Bezos a indiqué que l’Intelligence Artificielle (IA) et le machine learning vont permettre à Amazon d’introduire des changements qui aideront l’entreprise à les adopter. Ou éventuellement s’opposeront aux barrières que l’on risque fort de lui opposer !

Cette lettre est habituellement l’occasion, pour celui qui est devenu cette année le deuxième homme le plus riche du monde, de rappeler les thèmes qui alimentent d’année en année sa stratégie. Parmi eux, Jeff Bezos aime à citer :

  • le « Day 1 », la mentalité du lancement d’une entreprise ou d’une startup ;
  • la « high-velocity decision making », la prise de décision rapide pour agir en évitant que des informations sans valeur occupent trop l’esprit.

IA et machine learning rejoignent les priorités

Cette année, l’Intelligence Artificielle et le machine learning ont rejoint les thèmes de prédilection du CEO du géant du commerce électronique et du cloud public. Une indication pour les actionnaires qu’Amazon va investir fortement dans ces domaines au cours des années à venir. Des investissements dans des outils qui pour certains se retrouveront également au catalogue des services proposés par AWS.

« Au cours des dernières décennies, les ordinateurs ont largement permis d’automatiser des tâches que les programmeurs peuvent décrire avec des règles et des algorithmes clairs », a-t-il affimé dans sa lettre. « Les techniques modernes de machine learning nous permettent aujourd’hui de faire la même chose pour les tâches où la description des règles précises est beaucoup plus difficile. »

Après avoir indiqué qu’une grande partie des développements dans le machine learning sont dans la partie immergée de l’iceberg, il a détaillé une autre partie, émergée :

  • le pilotage des algorithmes de prévision de la demande ;
  • le classement des recherches de produit (ranking) ;
  • les recommandations de produits et services ;
  • la mise sur le marché de produits ;
  • la détection des fraudes ;
  • les traductions.

« Et bien plus encore… Bien que moins visible, une grande partie de l'impact du machine learning sera de ce type, participant tranquillement mais de manière significative à l'amélioration des opérations de base. »

AUCUN COMMENTAIRE