En 2017, les ERP devraient représenter plus d’un tiers des dépenses globales en progiciels de gestion en France, talonnés par le CRM et la GED.

L’étude réalisée par Celge, comparateur de logiciels de gestion d’entreprise dont nous reproduisons ici l’infographie, vient confirmer que les entreprises continuent d’accorder la priorité de leur intentions d'achats de progiciels aux ERP. Avec la gestion d’activité (gestion commerciale, des affaires, GPAO, chantiers, points de vente, transport) qui se conçoit difficilement sans leur intégration à l’ERP de l’entreprise, ils représentent 35% des investissements en progiciels des entreprises.

Si le CRM, la gestion des clients, continue d’être prédit à un avenir fleurissant (les tenants du CRM qui détrône l’ERP se font cependant plus prudents…), continue de figurer en seconde position des intentions d’achats, c’est la famille des progiciels dit financiers qui occupe la seconde place avec 30% des investissements. Cette famille regroupe les progiciels RH, la comptabilité, la trésorerie, la consolidation, les immobilisations et l’élaboration budgétaire.

Le CRM, donc, appartient à la famille des autres outils de gestion, avec la GMAO, les achats, la gestion des entrepôts, les stocks. Ils représentent 23% des investissements en progiciels.

Enfin, les progiciels spécialisés, qui représentent 12% des investissements, restent largement dominés par les solutions de GED, gestion documentaire, qui occupent la troisième place du Top 3 des intentions d’achats de progiciels. Dans cette famille figurent également la démat (associée à la GED), la BI (Business Intelligence), la planification et les sites internet.

Selon le Syntec Numérique, l'édition logicielle a pesé plus de 11 milliards d'euros, en 2016. Comme au cours des années précédentes, le SaaS enregistre une forte croissance, qui lui a permis de dégager 1,7 milliard d'euros, soit 15% de l'édition logicielle. Cette part pourrait atteindre 18% en 2017 grâce à une progression attendue de 24%, tandis que le modèle traditionnel ‘on-premise’ ne progresserait lui que de 0,7%.

Info_étude_2017_03

AUCUN COMMENTAIRE