Evans Strategic Communications a publié son Top 10 des vendeurs de Cloud Computing. Surprise, Microsoft prend la première place…

Le classement des acteurs du cloud semblait immuable, en 1 Amazon, en 2 Microsoft, en 3 Google pour le tiercé de tête, généralement suivis par IBM qui reste à la porte du Top 3.

Evans Strategic Communications, une société ce conseil créée par Bob Evans – ex-VP des communications stratégiques de SAP et CCO d’Oracle -, propose sa vision des acteurs du cloud, le « Cloud Wars Top 10 2017 », qui se traduit par un bouleversement dans le Top 10 des vendeurs de cloud :

  1. Microsoft
  2. Amazon
  3. IBM
  4. Salesforce
  5. SAP
  6. Oracle
  7. Google
  8. ServiceNow
  9. Workday
  10. VMware

Pourquoi un classement bouleversé ?

Le classement repose sur le chiffre d’affaires global réalisé par les principaux acteurs du Cloud Computing, et non pas sur le seul chiffre d’affaires du IaaS, souvent cité en référence, et qui reste l’apanage du trio Amazon, Microsoft et IBM.

Donc, si l’on retient le critère des revenus du cloud – IaaS, PaaS, SaaS, et services -, le classement 2017 des vendeurs de cloud devient :

  1. Microsoft (16,7 milliards de dollars)
  2. Amazon (16 milliards de dollars)
  3. IBM (15,8 milliards de dollars)

On constate que le trio de tête se tient dans un mouchoir de poche. Que Salesforce, généralement placé à proximité d’Amazon, enregistre une chute importante. Que SAP progresse fortement, profitant par exemple de l’attrait pour sa technologie SAP HANA. Qu’Oracle aimerait bien prendre exemple sur ceux qui le précèdent, mais reste loin. Et surtout que Google, dont l’offre est loin d’égaler celle de ses concurrents, et très loin du Top 3.

L’exemple de Microsoft

Pour Bob Evans, le succès de Microsoft dans le cloud - qui devrait se prolonger en 2018, le CEO Satya Nadella anticipe un revenu cloud de 20,4 milliards de dollars l’année prochaine – tient dans l’étendue de son offre en 6 point forts :

  1. L’offre à la fois on-premises (infrastructures traditionnelles et SQL Server) et cloud qui permet d’assurer la continuité logique pour accompagner l’évolution de ses clients ;
  2. Les 3 couches du cloud supportées, IaaS, PaaS et SaaS ;
  3. Microsoft 365, la solution qui intègre Windows 10, Office 365 et Enterprise Mobility and Security, archétype d’une nouvelle approche du client qui transcende les silos ;
  4. La division IA (Intelligence Artificielle) et ses 5.000 chercheurs, l’équipe la plus impportante dans le monde qui travaille sur ce sujet ;
  5. La richesse des développements en cours ;
  6. Satya Nadella lui-même, le leader qui a su faire ses preuves et qui est l’une des forces de l’entreprise.

Un classement amené à changer

Bob Evans lui-même souligne que son classement va certainement changer dans les années à venir. D’abord parce que c’est un domaine technologique qui demeure soumis à de forts changements, ainsi qu’à une sensible volatilité des usages et des choix des clients.

Face aux ‘vielles’ (IBM, Microsoft, Oracle et SAP, qui chacune affiche plus de 30 ans, voire 40 ans au compteur) et à leur culture, les nouveaux entrants comme AWS et Google ont un fort potentiel d’innovation, de création de nouveaux services et de progression. Toutes recrutent dans des domaines d’avenir, AWS par exemple sur les biotechs et les pharmaceutiques, Google sur l’automobile autonome, pour ne citer que ces exemples...

Mais selon Bob Evans, c’est SAP pourrait bien créer la surprise et tirer son épingle du jeu. Sans oublier les chinois, comme Alibaba et Huawei, qui sont assis sur un marché colossal en devenir, et qui n’ont pas encore donné toute la dimension de leurs capacités…

Image d’entête 839389180 @ iStock gmast3r

AUCUN COMMENTAIRE