Avis d’experte de Malika PASTOR, Directrice des Systèmes d’information et du Digital d’une entreprise de conseil.

L'Internet des objets (IoT)* est devenu un sujet d'intérêt parmi les géants de la technologie. Le battage médiatique n’est pas sans fondement, car il y a une croissance rapide du nombre d’appareils connectés : 6,5 milliards d’objets connectés selon un rapport publié par Gartner en 2016, 29 milliards attendus pour 2020, représentant un véritable enjeu économique pour 75% des grandes et moyennes entreprises qui ont dépensé 1,5 milliard de dollars dans des solutions IoT selon une récente infographie d’IDC

6,5 milliards d’objets connectés selon le Gartner en 2016, 29 milliards attendus pour 2020. Click to Tweet

*L’Internet des objets  (IdO ou ‘Internet of Things’ IoT) peut être défini comme un grand nombre d’objets/équipements nativement connectés à internet qui collecte des données puis les transmet dans un environnement cloud public ou privé où des plateformes architecturales les traitent, les analysent.

Le développement des bâtiments intelligents grâce à l’IoT

Avec leurs capteurs automatisés et sans fil, associés à des solutions logicielles, ces périphériques connectés sont en train de devenir le principal moteur dans le développement des bâtiments intelligents ; ils permettent non seulement l’optimisation des processus métier et la prise de décisions, mais ils peuvent également tout gérer et contrôler.

C’est pourquoi, ces objets sont dits « intelligents » (smart) !

Nous les retrouvons dans notre environnement urbain dans trois catégories principales telles que de manière décroissante :

• le « Smart City » désigne les objets qui permettent aux citoyens d’accéder à de nouveaux services dans leur ville : horodateur, dispositif de présence ou non d’un véhicule sur une place de parking ;

• le « Smart Building » évoque les objets de gestion technique du bâtiment et de tous ses équipements : chauffage, éclairage, climatisation, stationnement, occupation, utilisation de l’énergie ;

• le « Smart Home » facilite la vie à domicile : domotique, thermostat, caméra de surveillance, éclairage, compteur intelligent.

« Avec les objets connectés, le champ des possibles technologiques prend une toute nouvelle dimension : tout est mesurable, traçable… Ces objets prennent vie et communiquent via internet. »

Building-as-a-Service, un bâtiment intelligent source de valeurs

Une plate-forme intelligente pour soutenir ces nouveaux services dans un bâtiment est la clé ; il s’agit de créer une véritable stratégie du bâtiment qui s’inscrira dans le cycle de vie opérationnelle de celui-ci et dans un Système d’information immobilier cohérent et complet : Building-as-a-Service (BaaS) où tout nouvel outil doit accomplir ces tâches importantes pour apporter de la valeur et simplifier l’exploitation et la maintenance du bâtiment (Facility Management), augmenter son efficacité opérationnelle et limiter les coûts pour l’exploitant (Property Management), réduire la consommation d’énergie :

• Recueil de données fiables et précises afin d’évaluer la performance du bâtiment en temps réel sachant que les attentes des occupants sont plus élevés, les gestionnaires d'installations sont sous pression pour gérer les bâtiments plus efficacement que jamais auparavant :

• Prévision et anticipation des erreurs ou déficiences du bâtiment, ainsi que des équipes techniques : pour ce faire, des indicateurs de performance devront être mis en place et contrôler de manière régulière, et/ou des systèmes d’alertes devront être automatisés afin de réduire les risques ;

• Optimisation des performances et amélioration de l’expérience des occupants, tels que le reporting en temps réel, la gestion des opérations, la maîtrise de l’efficacité énergétique.

Les défis des équipementiers du bâtiment en matière d’IoT

Ces systèmes interconnectés ont besoin de communiquer et de se coordonner les uns avec les autres pour travailler efficacement. La connectivité est assurée par la mise en œuvre d ‘une communication sans fil, fibrée et optimale (Depuis le décret n°2016_1182 du 30 août 2016, « Toute construction neuve devra posséder une ligne de communication en fibre optique »).

Pour autant, des défis majeurs d’ordre techniques doivent être considérés.

Les équipementiers du bâtiment, qu’ils soient concepteurs, constructeurs ou exploitants, ainsi que les fabricants de ces solutions technologiques devront collaborer ensemble afin que ces produits IoT soient basées sur des normes : principe fondamental afin de faciliter l’interopérabilité et la sécurité de ces systèmes, équipements et applications utilisés dans la construction et l'entretien des bâtiments intelligents. En effet, le partage d’informations peut gravement compromettre la sécurité d’un bâtiment et de ses occupants.

En conclusion

Au cours de la prochaine décennie, l'Internet des objets aura un impact significatif sur la gestion des bâtiments connectés, mais aussi sur les relations des entreprises avec leurs prestataires et utilisateurs.

En utilisant les progrès dans les algorithmes et l’analyse des données, les systèmes reliés aux objets connectés produiront des réponses en temps réel et permettront un meilleur aperçu des performances et des risques du bâtiment automatisé.

Mais cette prolifération d’objets ne sera une véritable source de progrès et d’avenir dans le développement des bâtiments intelligents de demain que si ces technologies sont interconnectées de manière fiable.

AUCUN COMMENTAIRE