20% seulement des femmes déclarent oser davantage que les hommes pour négocier une promotion ou une augmentation. Tel est l’enseignement de l’enquête menée par BVA pour LinkedIn, publiée à l’occasion de la Journée des Droits des Femmes.

Paradoxe dans les entreprises, si les femmes affirment la capacité de faire preuve de plus d’audace que les hommes en matière de prise de parole et de proposition d’idées, elles se placent nettement en retrait lorsqu’il s’agit de demander plus de responsabilités, une promotion ou une augmentation.

Les femmes qui font preuve de plus d’audace que les hommes :

  • 42% - dans la prise de parole ;
  • 39% - dans la proposition d’idées ;
  • 20% - dans la négociation d’une promotion ou d’une augmentation.

Pourquoi les femmes osent-elles moins ?

L’étude, menée par BVA auprès de 1.000 femmes âgées de 18 ans et plus, démontre le chemin qu'il reste à parcourir pour faire évoluer les mentalités. 9 femmes sur 10 (91%) soutiennent l’objectif de la parité professionnelle entre les hommes et les femmes. Elles sont même 7 sur 10 (68%) à déclarer s’engager en sa faveur. Mais elles sont plus nombreuses (74%) à penser que la parité doit être imposée, et 59% qu’il faut sanctionner les comportements discriminatoires.

Ces déclarations, pour justifiées qu’elles soient, dénotent des attitudes individuelles qui affichent un manque d’audace, plus marquées d’ailleurs chez les plus âgées. Les femmes justifient leurs réticences à demander une promotion ou une augmentation par :

  • 51% - la volonté de ne pas se mettre en avant ;
  • 46% - le manque de confiance en elles ;
  • 25% - chez les plus de 50 ans, les hommes auront de dernier mot.

Les millenialles redressent la barre

Notons que cette situation devrait changer rapidement. En effet, les millénialles (18 à 24 ans) font preuve de plus d’audace. Les jeunes femmes sont :

  • 50% - à oser exposer leur point de vue ;
  • 28% - à demander une augmentation des salaires.

Profiter des réseaux sociaux

Sans surprise, LinkedIn avance le rôle que peuvent jouer les réseaux sociaux pour permettre aux femmes de se mettre en avant. Et en effet la démarche n’est pas inintéressante. Plus que de sa cacher derrière la page perso, les membres de ces réseaux s’y affichent, mais en évitant la confrontation directe.

Les réseaux sociaux sont donc des outils au service des individus, et plus particulièrement ici des femmes, pour mettre en avant leur profil, leurs compétences, leurs expériences professionnelles, leurs réalisations. Des avantages à confirmer cependant dans la proactivité…

Image d’entête 519556566 @ iStock Jozefmicic

AUCUN COMMENTAIRE