Le National Cyber Security Centre (NCSC) du gouvernement britannique montre que près de la moitié des entreprises du Royaume-Uni a subi une cyber-attaque au cours l'année dernière, et que ce chiffre est porté à 7 sur 10 lorsqu’il s’agit de grandes entreprises.

La Cyber Security Breaches Survey 2017, publiée par le National Cyber Security Centre (NCSC) du gouvernement britannique, révèle que près de la moitié des entreprises et que 7 grandes entreprises évoluant sur le sol britannique sur 10 ont identifié a minima une violation ou une attaque.

Pirater les données personnelles

Sans surprise, l'enquête montre également que les données personnelles sont un leurre pour les criminels. Les entreprises qui détiennent des données personnelles de leurs clients sont beaucoup plus susceptibles de subir des cyber-violations (51%) que celles qui ne le font pas (37%).

Les attaques les plus fréquemment détectées étaient liées à des e-mails frauduleux – qui invitent les personnes qui les reçoivent à révéler les mots de passe, ou des informations financières, ou à ouvrir des pièces jointes dangereuses - suivi par les virus et les logiciels malveillants, dont les personnes se faisant passer pour l'organisation en ligne et les ransomwares.

Les effets parfois désastreux

L’étude a également évalué le coût moyen pour les grandes entreprises de toutes les violations au cours de la période, qui s’est établi sur une échelle qui va de 20.000 £ à des millions de Livres pour certaines cyberattaques.

D'autres résultats nous apprennent que, les entreprises qui ont subi une violation ou une attaque :

  • 1 sur 4 - a subi une perte temporaire de fichiers ;
  • 1 sur 5 - avait des logiciels ou des systèmes corrompus ;
  • 1 sur 10 - avait son site web tombé ou ralenti ;
  • 1 sur 10 - des personnes attaquées a perdu l'accès aux systèmes tiers dont ils dépendent.

Enfin, l’étude constate que les petites entreprises sont particulièrement touchées par les attaques, avec près d'une sur cinq qui a eu besoin d’un jour ou plus pour se remettre de leur violation la plus perturbatrice.

Source : BetaNews

AUCUN COMMENTAIRE