Les entreprises opèrent des changements afin d’intégrer l’IoT ou Internet des objets. 71 % d’entre elles recueillent des données sur les plateformes IoT. Et 90% envisagent d’augmenter considérablement l’usage de l’IoT au cours de l’année suivante.

Selon un rapport de recherche de 451 Research, presque la moitié des données recueillies par les entreprises sont enregistrées, impliquant des moyens de stockage et d’analyse. Pourtant, 35% d’entre elles ne possèdent pas une politique de sauvegarde de données.

L’importance de la conservation et de la protection de données conduit les entreprises à opter pour les Clouds publics, les plus sollicités étant bien sûr Microsoft et Amazon. Cependant, un manque de compétence en IoT se constate au sein des sociétés.

La complexité de l’IoT et le manque de qualification

La progression de la technologie en rapport avec l’IoT crée un écart de compétence. En effet, Ian Hughes, un analyste de 451 Research, affirme que devenir un expert en IoT est loin d’être facile, du fait que ce domaine est constamment en évolution. « Lorsque vous travaillez avec des périphériques et protocoles inhabituels, ce n'est pas nécessairement le même type de sécurité qui verrouille vos pare-feu et votre entreprise. Il faut plus qu'un esprit de programmation pour faire face à ces choses ».

451 Research rapporte également un manque de compétence en termes de sécurité et d’analyse de données. Selon la moitié des entreprises sujettes à cette étude, trouver du personnel qualifié ne pose pas de problème. Par contre, 46% d’entre elles présentent des difficultés à remplir les rôles.

Cependant, ce groupe de recherche est convaincu que cette incompétence sera réduite au fur et à mesure que les investissements liés à l’IoT deviennent de plus en plus importants, et que des formations sont dispensées auprès des équipes en place.

Ian Hughes affirme que les entreprises sont conscientes de cette menace potentielle de l’IoT. Par contre, elles doivent intégrer ce système pour s’accroitre.  « Nous avons la technologie opérationnelle et le système industriel automatisé, mais ces plateformes ne mènent qu’à l’isolement. Or, actuellement, les entreprises ont besoin de s’ouvrir afin de procéder à l’analyse de données et ainsi d’améliorer les processus industriels ».

AUCUN COMMENTAIRE