Si la transformation digitale est source de nouvelles opportunités, en particulier de revenus, celles-ci demeurent soumises au délicat challenge de partager les compétences et les données entre les métiers.

Ce challenge, c’est en partie au DSI de le relever. A lui de donner du sens aux initiatives des métiers qui portent sur la donnée et la capacité de la partager. La qualité de la donnée en particulier est un véritable challenge, car elle renforce la capacité de réconcilier des données provenant de sources hétérogènes, comme les données de ressources humaines et les données de la finance.

Partager pour accompagner la stratégie globale

La majorité des DI reconnaissent que de disposer de la capacité de partager l’information est devenu crucial pour leur organisation, et pour accompagner sa stratégie globale. Partager l’information et les compétences entre lignes de business est important voire critique pour :

  • 64% - améliorer l’expérience client ;
  • 63% - augmenter l’agilité de l’organisation ;
  • 50% - introduire avec succès de nouveaux flux de revenus numériques.

Pour autant, même persuadés de l’importance de cette démarche, seulement 1 DSI et décideur IT sur 5 pense que son organisation réalise un excellent travail de partage. Et tous souffrent pour atteindre leurs objectifs.

Les défis pour partager compétences et informations financières entre les lignes business

  • 39% - Trop de tâches manuelles
  • 39% - Sécurité et confidentialité des données
  • 38% - Manque de cohérence entre les métiers dans la façon dont ils gèrent les données
  • 36% - Longueur des processus de révision
  • 36% - Risques associés aux programmes BYOD et mobilité
  • 34% - Absence d’information en temps réel
  • 33% - Confusion dans les boucles de rétroaction
  • 32% - Faible qualité des données

Ajoutons à cela qu’en travaillant avec des métiers qu’ils ne fréquentaient pas auparavant, les DSI ont amplifié et complexifié le fonctionnement des systèmes d’information. Pourtant, en 2016, plus d'un tiers (32%) d’entre eux se sont dits prêts à répondre à des objectifs précis de croissance des revenus des entreprises. Et plus d'un cinquième (22%) se sont engagés à mener un effort d'innovation sur les produits.

Image d’entête 637220076 @ iStock lexamer

AUCUN COMMENTAIRE